A la une Afrique Diplomatie

A 20h : Cher compatriote, ne suis pas le message spécial de Paul Biya avec les oreilles du voisin

Le chef de l’État s’adresse à la Nation camerounaise dans les prochaines heures. Une sortie spéciale qui requiert toute notre attention. Avant de rédiger ce texte, j’ai fait presque la moitié de la ville de Douala ce matin. J’ai constaté que tout le monde a les regards tournés vers Yaoundé. Plus précisément sur le chef de l’État, Paul Biya. Certains esprits s’échauffent, d’autres croisent les doigts. Chacun espère que le président de la République sortira une carte magique en sa faveur. Ça spécule pêle-mêle sur les réseaux sociaux et dans les médias traditionnels.

Malheureusement, personne n’est dans les secrets du chef pour nous donner les points forts de son adresse de ce soir.

Pour éviter de tomber dans les pièges des manipulateurs ou du suivisme « moutonnier », je m’adresse là à ceux qui n’ont pour seul intérêt que le bien-être du Cameroun, mettez-vous devant votre petit écran ou devant votre poste récepteur à 19h50 mn, ouvrez-bien vos oreilles et vos yeux, et suivez Paul Biya dans les moindres détails.

Comme d’habitude, il parlera en français facile et la traduction en anglais sera accessible à toutes les couches de la société. Son adresse sera digne d’intérêt. C’est la raison pour laquelle il faut le suivre en direct pour éviter les mauvaises interprétations de certains débatteurs et champions de « il aurait du dire ceci, il aurait du dire cela ».

Un chef de l’État fait toujours ce qui lui semble le mieux pour son peuple. Il est au service des siens et non de ses détracteurs. Ce peuple, qui manque parfois de concentration et d’esprit de discernement, est constamment mal informé sur les mesures présidentielles, tout simplement parce qu’il s’abreuve régulièrement dans les oreilles et le regard des autres. Oubliant que certains rapportent souvent des bouts de phrases déformés dans leurs laboratoires qu’ils attribuent au chef de l’Etat, juste pour le plaisir de nuire et de déboussoler le peuple.

Heureusement, comme l’a si bien dit un ami ce matin, « la maturité des Camerounais est une réalité ». Ils la confirmeront après le discours du chef de l’État à 20h.

Didier Ndengue
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Quelques souvenirs de mes plus beaux moments d’enfance.
Gosses, nous étions joyeux et (in)divisibles
Amel Bent : « Si on te demande », j’en suis tombé amoureux
Dans un tweet, il y a une trentaine de minutes, le chef de l'État invite le peuple camerounais à rester focus sur la recherche de la paix et d’unité nationale. « Nous n’avons qu’une patrie. Il est de notre devoir de la défendre et de la conduire, tous ensemble, sur les chemins de la grandeur et de la prospérité pour tous », écrit Paul Biya.
Paul Biya : « nous n’avons qu’une patrie. Il est de notre devoir de la défendre »
7 Comments

Laissez votre réponse

*