A la une Afrique Amérique Diplomatie

Affaire Kamto : René Emmanuel Sadi recadre Tibor Nagy

Le porte-parole du gouvernement camerounais corrige la sortie du « Monsieur Afrique » de Donald Trump sur la détention du président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc).

Après l’Afrique de l’Ouest l’année dernière, la nouvelle tournée africaine de Tibor Nagy s’annonce très mouvementée, plus précisément au Cameroun, où  le sous-secrétaire d’État Américain aux affaires africaines y est attendu le 17 mars prochain. Quelques jours avant son arrivée au pays de Um Nyobe, il a accordé, le 04 mars dernier, une interview à Radio France Internationale (Rfi) dans laquelle il tire à boulet rouge sur le gouvernement camerounais à cause de l’incarcération de Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) et la gestion de la crise dans les régions anglophones du pays. Ce sont là, deux dossiers très brulants en ce moment au Cameroun.

Sans protocole, l’émissaire de la Maison Blanche a demandé la libération de Maurice Kamto, ainsi que l’élargissement de tous les militants du Mrc interpellés le 26 janvier dernier lors des manifestations non autorisées à travers plusieurs villes du Cameroun.

Lire aussi : Politique africaine : la riposte américaine se prépare !

« Le gouvernement camerounais assure que Maurice Kamto a été arrêté et emprisonné pour des raisons légitimes. Moi, je pense vraiment qu’il serait très sage de le libérer. Parce que, que ce soit vrai ou faux, il est perçu comme ayant été incarcéré pour ses activités politiques et cela est inacceptable. Ses militants et lui doivent être libérés et nous ne passerons pas par quatre chemins pour le dire », a-t-il déclaré en substance sur les antennes de Rfi. Sur la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-ouest,  il a sous-estimé les mesures prises jusqu’à présent par les autorités camerounaises, qui ne suffiraient pas pour résoudre cette crise extrêmement grave à ses yeux.

Réplique

Comme il est de coutume dans ce genre de frasque, la réaction des dirigeants camerounais ne s’est pas fait attendre. C’est le ministre de la Communication (Mincom), porte parole du gouvernement qui a ramené à l’ordre  « Monsieur Afrique » de Donald Trump. Dans un communiqué de presse publié ce mardi 5 mars 2019, René Emmanuel Sadi fait savoir que la sortie de Nagy Tibor n’est pas en phase avec les réalités sur le terrain. « Le gouvernement camerounais regrette vivement ces propos qui, non seulement, dénotent une méconnaissance des enjeux, des réalités et des faits concernant l’arrestation de Monsieur Kamto et nombre de ses partisans, ainsi que la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest, mais aussi trahissent une grave velléité d’immixtion à peine voilée et inadmissible, dans les affaires intérieures du Cameroun», s’indigne le ministre.

Sur le dossier Kamto précisément, le Mincom rappelle qu’il n’a pas été arrêté dans le cadre de ses activités politiques : « M. Kamto et ses partisans sont détenus pour des faits de droit commun, entre autres, d’insurrection, d’hostilité contre la patrie, de rébellion et de destruction de biens publics, tant à l’intérieur du pays que dans plusieurs ambassades du Cameroun à l’étranger ». Pour clore ce chapitre, René Emmanuel Sadi fait savoir que la balle est désormais dans le camp de la justice camerounaise, « seule habilité à confirmer ou non, les charges retenues contre eux ».

Didier Ndengue  

Lire aussi : M.Macron, c’est vrai que Trump ne devrait plus se mêler de vos affaires ?

 

Réaction du ministre 1

 

Réaction du ministre suite

 

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Une soirée adorable, simplement rayonnante pour certains. Envoutante et charmante pour d’autres. Tous les amoureux de la mode y trouvent leur compte. Il y en a pour tous sur le podium de l’hôtel Hilton dans la capitale camerounaise où les mannequins retenus pour la première édition du Mboa Fashion Design se succèdent. Le public est ébahi par les différentes silhouettes qui se défoulent ici.
Beauté et élégance : un week-end fashion à Yaoundé
Pour son deuxième anniversaire, l’Organisation non-gouvernementale organise une série d’activités en faveur des démunis.
Action humanitaire : Urgence plus monde au chevet des malades
Comme moi également, Rodrigue voudrait que le président Biya mette fin à la crise sécuritaire qui sombre les régions anglophones de notre pays depuis deux ans. On a plusieurs points en commun.
Mémoire collective : le vrai challenge camerounais

Laissez votre réponse

*