A la une Zone d'ombre

Bamenda : Dion Ngute dialogue

Le chef du gouvernement a entamé une visite de quatre jours dans la région du Nord-Ouest. Sur place, il écoute et partage avec les populations exposées à l’insécurité depuis 2016.

Joseph Dion Ngute est venu écouter tout le monde, jusqu’au petit citoyen sans domicile fixe. Les conducteurs de mototaxis ne sont pas exclus. L’objectif étant de sortir la région de l’ornière. Écouter et partager avec toutes les couches sociales de la société durant son séjour dans la région, en vue de trouver des solutions durables et adéquates à l’insécurité qui prévaut dans cette partie du Cameroun, est son unique mission.

Tous les sujets sont les bienvenus, à part ceux portant sur la forme de l’État. Explicitement, la sécession n’est pas au rendez-vous.

C’est avec le coeur plein d’espoir que le Premier ministre a foulé le sol de Bamenda cet après-midi. Cette visite marathon de quatre jours vise à éradiquer définitivement la crise qui secoue les régions anglophones du Cameroun depuis 2016.

Le chef du gouvernement est accueilli à l’entrée de son hôtel par des femmes, qui pleurent leurs enfants enrôlés dans cette sale guerre.

Certains ont même déjà perdu leur vie dans cette lutte de sécession pilotée par des mains invisibles, selon des sources introduites.

Pour le Premier ministre,  »cette situation n’a que trop durée. Il est temps que cela prenne fin ».

Durant les différentes séances de travail prévues dans la région, il compte bien inviter tous ceux qui ont pris les armes, ou qui sont en brousse, à rejoindre les différents camps de réintégration mis sur pied pour regagner le droit chemin.
 »Ils restent les enfants du Cameroun », rassure Dion Ngute, qui rappelle qu’aucune représailles n’est prévue contre eux.

Les mamans qui l’ont accueilli à l’entrée de son hôtel formulent le vœu de voir leur région retrouver la paix, tant précieuse à leur épanouissement:  »On a des difficultés, on n’arrive plus à aller au champs », se lamentent-elles.

La population est fatiguée par les troubles et veut un dialogue franc, sincère et durable avec les autorités. Elle recherche du concret. Le Premier ministre leur a rassuré que le président Biya, qui l’a dépêché sur les lieux, est ouvert au dialogue.

Didier Ndengue
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
La mobilisation pour la réélection de Macky Sall à la tête du Sénégal bat son plein dans la ville de Douala. Malick Diagne conduit les opérations vers la victoire de son champion. Entre match de gala, meetings et sensibilisation, l’opération de charme va bon train dans ce fief conquis par le successeur d’Abdoulaye Wade.
Malick Diagne : « les Sénégalais de Douala iront voter pour le président Macky Sall le 24 février 2019 »
Votre relation tourne au vinaigre. Vous ne voulez plus de lui (elle), mais vous ne savez pas comment faire ? Installez-vous confortablement et lisez ces conseils de Ntara jusqu'à la dernière ligne.
Détruisez aisément vos relations en bouffant du pop-corn
Les membres du jury ont expliqué, mercredi 27 mars, dans les locaux de la Société anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) à Douala, les contours de la 2e édition de la compétition qui prime les meilleurs projets agricoles au Cameroun, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire.
Prix Pierre Castel : les préparatifs de l’édition 2019 sur de bons rails

Laissez votre réponse

*