A la une Zone d'ombre

Cameroun : 4 655 000 hectolitres de bière consommés en 2018

Ce chiffre représente uniquement les produits de la Société anonyme des Brasseries du Cameroun, qui a tenu son assemblée générale mixte le 15 mai 2019.

Ce chiffre représente uniquement les produits de la Société anonyme des Brasseries du Cameroun, qui a tenu son assemblée générale mixte le 15 mai 2019.

Le rapport des ventes des produits du groupe de la Société anonyme des Brasseries du Cameroun (Sabc) est tombé avant-hier, au cours de l’assemblée générale mixte de la structure. Dans la catégorie bière, il en ressort que les ventes à fin décembre 2018 se situent à 4 655 000 hl, en régression de 1,6 % par rapport à 2017 et de -7,1 % par rapport aux objectifs fixés.

Avec 43 700 hectolitres vendus, les ventes Export sont en baisse de 0,6 % par rapport à l’année 2017. A en croire le top management de la Sabc, ce manquement est la conséquence de « la période économique difficile que traverse la zone Cemac, ainsi que l’amplitude des entrées frauduleuses de produits en provenance du Nigéria et de Guinée Equatoriale ».

Le bilan de l’exercice fait état de ce que le volume des ventes à fin décembre 2018, tous produits confondus (bière, boissons gazeuses, eaux minérales, alcools mix), à 8 586 000 hectolitres, hors gratuits et avec négoce, est supérieur de 3,8% à celui de l’exercice 2017.

D.N.
Lire aussi : Prix Pierre Castel : les préparatifs de l’édition 2019 sur de bons rails
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Malgré l'expiration du contrat assistance technique depuis le 31 décembre 2018, le groupe français actionnaire minoritaire, use de stratagèmes pour arracher le pouvoir aux actionnaires locaux pourtant majoritaires.
Doual’air : le groupe français Servair sert une nourriture avariée au PCA
Cameroun : promotion au sein de l’armée camerounaise
La plaie est profonde. Les asticots s’y reproduisent en quantité industrielle. Ils y pissent, chient, et ne cessent de la creuser. Certains tentent de la soigner en utilisant un peu de bétadine à l’extérieur, et un peu d’alcool, sans toutefois la bander entièrement pour qu’elle guérisse totalement. C’est juste pour faire bonne presse.
3 mai au Cameroun : les plumes étranglées
257 Comments

Laissez votre réponse

*