A la une Afrique Diplomatie

Charles Atangana Manda : « à toi Cameroun…rien que pour toi, Cameroun ! »

Le communicateur du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) revient sur le message spécial du Chef de l’État, Paul Biya à la Nation camerounaise.

Dans les éphémérides du temps qui passe, des dates riches en symboles, des inscriptions  calendaires  majeures qui ont rythmé la vie de  notre Nation, notamment, tout au long des quatre dernières décennies, ce 10 septembre 2019, tient sa place, toute sa place !

Le Président de la République, Son Excellence Paul BIYA, dans une posture de dévouement à l’égard du peuple souverain, et sous un transport  subliminal et exceptionnel de sa très haute charge, a pris langue ce 10 septembre 2019, d’avec la communauté nationale tout entière, et partant, d’avec l’opinion internationale.

L’agencement  programmatique de cette sortie événement a été articulé comme sur du papier à musique. Avec, la veille, un communiqué de presse  lapidaire, signé  du Ministre, Directeur du Cabinet Civil de la Présidence de la République,  Samuel MVONDO AYOLO. Une annonce, d’une portée captivante, dévoilant ainsi,  l’adresse présidentielle pour le mardi, 10 septembre 2019.

Une date, un événement et une incroyable frénésie, digne des veilles des moments  historiques.

La Mise en scène régalienne,  finement menée, dans un mélange de sobriété et d’élégance, le tout, respirant le cœur du pouvoir,  a su susciter et assurer,  à  tous égards, et le suspense, et l’extraordinaire mobilisation populaire, pour l’attente  de ce message du Chef de l’Etat, tant à l’intérieur,  qu’à l’extérieur du pays,  et surtout, raviver le sacré Étatique, avec le Président  de la République, en sujet héros, dans la plénitude de son magistère, au centre de toutes les attentions et  de toutes les attentes.

Les collaborateurs du seul élu du peuple camerounais, Son Excellence Paul BIYA,  ont donc  su faire bon commerce de ce moment majeur de la vie de la Nation.

Oui, ce 10 septembre 2019, est un grand  moment de l’histoire du Cameroun moderne et démocratique, face à son destin !  Et le sujet héros a su tenir le rendez-vous. Tonique et pugnace, pédagogue et apaisant.

Paul BIYA, sur la scène, a donné de sa vista et a su y aller de son carma, on pourrait y ajouter, comme se parlant à lui-même : à toi Cameroun… Rien que pour toi, Cameroun !

Alors qu’une armée  de politiques,  d’analystes de tous bords, d’homos mediaticus et autres experts, saute  sur les plateaux de télévisions et occupe les places de  radiodiffusions à tout rompre, quand les orfèvres des nouveaux médias et ceux de la presse écrite ancienne, prennent l’affaire  fermement  à  leur compte, pour  mettre des pleins feux sur cette communication  présidentielle de trente minutes, à  la fois, référentielle et paradigmatique,  incontestablement, un modèle de communication Étatique en temps de crise, il me semble indiqué de souligner la délicatesse de l’instant !

Le Chef de l’Etat, grave et solennel, ce 10 septembre 2019, après  avoir  rappelé le contexte, décrit les ressorts de l’enjeu, et indiqué son implication personnelle,  vient de sonner la mobilisation de « toutes les forces  positives et constructives de notre pays », tant à  l’intérieur qu’à l’extérieur du Cameroun, sous la houlette  du Premier Ministre, Chef du Gouvernement,  Joseph Dion NGUTE,  dans le cadre d’un  »Grand  Dialogue  National », en vue entre autres, de permettre  le retour à la vie normale  dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Loin de l’euphorie analytique ambiante, et certes, tout à fait  impressionné par la densité et la puissance entraînante du propos présidentiel,  je me surprends entrain de paraphraser le Président Paul BIYA, qui, le 31 décembre 2018, face à  la Nation, prophétique et assurément  prémonitoire, parlait de l’année 2019, alors portée  sur les fonts baptismaux, comme la période la plus difficile de l’histoire de notre jeune Nation !

Comme Laetitia à  Napoléon Bonaparte :  » La France,  est grande, riche et bien peuplée. Elle est en feu ? Mon fils, un noble embrasement.  Il mérite le risque de s’y griller. »

Eh bien, ce 10 septembre 2019, et  les historiens  sauront en faire  bonnes recettes dans les temps à venir, Paul BIYA, a parlé à son peuple sans détours. Le Grand Dialogue  National, placé sous la présidence du Chef du Gouvernement, nécessite que les  Camerounaises  et les  Camerounais qui y seront conviés, mesurent le degré des  »langues de feu » qui entament durablement  la paix et la sécurité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Et, que tous, nous y voyions surtout,  la noblesse  du devoir  de sauvegarde de notre Nation, pour  qu’ensemble, nous acceptions au besoin,  de nous brûler  ( griller),  pour entrer tous dans ce brasier, pour sauver les enfants de la République qui y sont consumés, la superbe de notre  Etat qui y est bafouée, la richesse  de notre héritage commun qui y est dilapidée. Pour que vive le Cameroun, un et  indivisible./.

Lire aussi : Charles Atangana Manda :  » Le Cameroun, pays béni, est un bien unique : à tous les Patriotes d’y veiller ! »
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Quand je regarde et analyse les stratégies de ses huit challengers, je me dis que le candidat du Rassemblement démocratique du peuple camerounais est le meilleur risque.
Campagne électorale : Paul Biya prend les panneaux publicitaires en otage
Le Président de la République, S.E. Paul BIYA, s’est illustré de fort belle manière avant la célébration de la 47ème édition de la Fête nationale du 20 Mai. En publiant dans ses comptes Facebook et Twitter une série de réflexions sur l’unité nationale, la paix sociale, l’amour de la patrie, le pardon, etc, le Chef de l’Etat a une fois de plus démontré qu’il est le nocher qui tient avec assurance le gouvernail du Cameroun. A l’heure où les réseaux sociaux rythment notre quotidien, ce type de messages s’ouvre directement au citoyen et favorise le dialogue à travers un espace propice au débat.
Paul Biya : l’obsession du dialogue
La société brassicole a fermé boutique dans les régions du Sud-ouest et du Nord-Ouest à cause des multiples attaques des séparatistes anglophones.
Fonds de guerre : les sécessionnistes font mousser la pression sur la SABC
2 Comments

Laissez votre réponse

*