A la une Afrique Diplomatie Europe

Débat : le franc CFA et la France sournoise

Les colonies anglaises d’Afrique ont lâché le Currency board, la monnaie coloniale, il y a 73 ans pour battre la leur. Leurs économies avaient-elles besoin d’être très fortes à l’époque pour lancer ce chantier vers le contrôle de leurs propres politiques monétaires? Je ne pense pas.

En 2019, les anciennes colonies de l’Afrique francophone cogitent encore. Certains de leurs chefs d’État, à l’instar du président tchadien, Idriss Deby Itno, critiquent le franc CFA dans les médias, sans toutefois s’en débarrasser.
En Afrique de l’Ouest, il y a un vent de changement. On parle d’une avancée significative avec la création de « Eco », une monnaie qui circulera dans la zone de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) l’année prochaine. C’est curieux quand même de se libérer des griffes de son «Maître» avec une si grande facilité. La diplomatie ouest-africaine serait-elle plus puissance que celle de l’Afrique centrale ? À cette question, certains observateurs avertis pensent que le «Maître» a ravalé son esclave pour une nouvelle forme de servitude.

Ces mêmes langues font savoir que ceux qui vont véritablement couper les chaînes de la servitude se trouvent en Afrique centrale. On apprend dans la foulée que les accords coloniaux, qui avaient été signés pour une durée de 75 ans, seront forclos dans les prochains mois. Ceux-ci étaient renouvelables. Les mêmes sources indiquent que « Eco » sera imprimé au même endroit que le franc CFA. Cela signifie-t-il que le président du Sénégal, Macky Sall, et ses homologues de l’Afrique de l’Ouest vont renouveler ces accords, si cette information s’avère vraie ?

En tout cas, dans les pays de l’Afrique centrale, on ne ressent pas encore une odeur de renouvellement de ces accords. Au contraire, la douleur de l’intimidation est atroce. Tout laisse croire que les chefs d’État de ce bloc régional en ont marre de la France. Cette France à qui les gilets jaunes, dans l’une de leurs propositions de sortie de crise, ont exigé la mort du système franc CFA et le rapatriement des fonds de nos dirigeants dans nos caisses.
La France des libertés, d’égalité et de fraternité d’Emmanuel Macron n’a, à ma connaissance, apporté aucune solution durable pendant le grand débat. Or, il en va de la survie de la France aussi, qui est dans une bataille acharnée contre l’immigration clandestine. Elle qui « ne peut pas accueillir toute la misère du monde ».

– Quel commentaire vous inspire ce sujet de FCFA ?
– Peut-on s’en débarrasser ou le renouveler ?
Le débat se veut constructif pour le bien de nos différents pays.

#LaPlumeDelAigle

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Il écrit depuis plus de cinq décennies. Ses bouquins tournent autour de la mémoire collective africaine. Contre vents et marées, il reste debout comme un roc. Le prince des Bele Bele, âgé de 71 ans, est mon coup de cœur de la semaine.
Littérature : Kum’a Ndumbe III, une plume dorée au service de l’Afrique depuis 50 ans
La convertibilité du franc CFA avec le seul euro favorise les entreprises européennes
Plans de guerre contre la Chine et occupation militaire du Nigeria, du Kenya, du Zimbabwe et de l'Egypte par la Grande-Bretagne
Plans de guerre contre la Chine et occupation militaire du Nigeria, du Kenya, du Zimbabwe et de l’Egypte par la Grande-Bretagne
4 Comments

Laissez votre réponse

*