A la une Afrique Diplomatie

Délégation permanente, confiance permanente : Qui en veut aux collaborateurs de Paul Biya ?

Depuis quelques jours, des esprits retors, mal intentionnés, ou alors complètement ignorants, se déversent sur un Décret du Président de la République, Paul Biya. Ce Décret est paru dans le « Temps des Réalisations », le bulletin bilingue du Cabinet civil de la présidence de la République, qui relate périodiquement l'activité présidentielle et met gratuitement des extraits du Journal Officiel de la République du Cameroun à la disposition du grand public.
Par Arsène Onana, militant de l’OJRDPC

Depuis quelques jours, des esprits retors, mal intentionnés, ou alors complètement ignorants, se déversent sur un Décret du Président de la République, Paul Biya. Ce Décret est paru dans le « Temps des Réalisations », le bulletin bilingue du Cabinet civil de la présidence de la République, qui relate périodiquement l’activité présidentielle et met gratuitement des extraits du Journal Officiel de la République du Cameroun à la disposition du grand public.

Le décret querellé, accorde une délégation permanente de signature à Monsieur Ferdinand Ngoh Ngoh,  ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence de la République.

La seule évocation du nom du ministre d’Etat Ferdinand Ngoh Ngoh, a suffit pour emballer la toile, et prêter cours à des interprétations les plus fantasmagoriques les unes que les autres ! Même sur les plateaux de télévision,  des personnages qu’on croyait sérieux ont également emboîté le pas et amplifié cette polémique. Grosso modo, on accuse le président Paul Biya,  d’avoir « en catimini et par un acte anticonstitutionnel, transféré ses pouvoirs au ministre d’Etat,  Secrétaire général de la présidence de la République ! » Hélas, ce pseudo-débat tient tout simplement de la mauvaise foi.

Un haut fonctionnaire dans les Services du Premier Ministre, a bien voulu nous apporter les précisions suivantes: « En vertu de l’Article 10 de la Constitution,  le président de la République peut déléguer sa signature à certains de ses proches collaborateurs, y compris les membres du Gouvernement. Cette délégation est permanente parce qu’elle s’inscrit dans la durée, au gré de la confiance que le chef de l’Etat accorde à son collaborateur.  Le Secrétaire général de la présidence de la République, en tant que chef de l’administration publique de la présidence de la République, en a besoin pour véritablement accomplir sa tâche.  Cette délégation est encadrée dans le temps, et dans un champ de compétence précis ».

Mais en essayant de comprendre les raisons de telles affabulations, nous supposons que l’absence de lecture de ce décret sur les ondes de la CRTV comme cela est habituel, est la cause de ces imaginations tordues. Or, La publicité des actes administratifs obéit à des canons. Et d’ailleurs, il ne faudrait pas confondre la CRTV au Journal Officiel ! Tous les textes émanant de la présidence de la République,  n’ont pas vocation à être lus sur les ondes. Non seulement parce que ces textes ne concernent pas tous le grand public, mais également parce que vu l’intensité de l’activité présidentielle,  nous risquerions de nous retrouver avec des éditions du journal parlé ou télé qui durent éternellement!

Pour revenir sur le cas précis du Décret tant querellé, il convient d’indiquer que Monsieur Ferdinand Ngoh Ngoh,  en tant que Ministre SGPR depuis décembre 2011 bénéficiait déjà de cette délégation permanente de signature.  Mais il s’avère que le 04 Janvier 2019, un acte présidentiel a annulé le Décret qui le nommait en 2011, annulant de facto tout ce qui y était rattaché. Il s’agit du Décret N°2019/003 du 04 janvier 2019, portant nomination de Monsieur Ferdinand Ngoh Ngoh comme Ministre d’Etat,  Secrétaire général de la présidence de la République. Il va donc de soi que Paul Biya, éminent juriste et puriste,  se devait de renouveler sa délégation de signature à son plus proche collaborateur.

Ainsi, cela n’a rien à voir avec la personne physique Ferdinand Ngoh Ngoh.  Tous les anciens Secrétaires généraux de la présidence de la République ont toujours bénéficié de cette délégation permanente de signature,  pour pouvoir pleinement et sereinement jouer leur rôle auprès du chef de l’Etat.

Tout de même,  il est curieux de constater que depuis le début de cette année 2019, nous assistons à une curieuse cabbale à l’encontre des proches collaborateurs du Chef de l’Etat. Le cas de Ferdinand Ngoh Ngoh est assez éloquent.

Mais il ya également Samuel Mvondo Ayolo,  le Ministre Directeur du Cabinet civil, a qui on a attribué par une photo volée dans un article sur internet,  des préservatifs et un couteau qui auraient été trouvés dans son ancien bureau d’Ambassadeur à Paris, le soir de ces malheureuses casses qui ont tant meurtri le peuple camerounais. Une certaine presse, et quelques lanceurs d’alertes sur internet, semblent avoir été mis à contribution pour ternir l’image de ce haut fonctionnaire qui est pourtant très apprécié.

Même le plus jeune des proches collaborateurs n’est pas épargné. Oswald Baboke, le Directeur adjoint du Cabinet civil,  vient lui aussi de subir des tirs groupés venant d’officines lui attribuant le limogeage d’un certain journaliste de Canal2. Quand on ne lui prête pas le leadership d’une certaine « Nanga connexion », au vu de sa position particulièrement enviée de fidèle et loyal collaborateur de Madame Chantal Biya.

Au vu de tout ce brouhaha, on se demande bien où est passé le président Paul Biya ?  Bah, il travaille! Il se rend au bureau, il est dans ses parapheurs, il accorde des audiences aux hautes personnalités et aux citoyens ordinaires.

Et quand il a une minute de répit il tweete, tout simplement. Notre président de la République,  semble avoir trouvé un nouveau dada, à part le songo et le vélo.  Chaque jour désormais,  en début de matinée,  nous avons droit à un tweet présidentiel.  Des messages et conseils qu’il adresse à ses concitoyens. Le blogueur présidentiel, lui, fidèle à lui- même, avance sereinement et de manière imperturbable. Il  attend sûrement avec impatience,  ce moment de communion qu’il affectionne tant, durant la célébration de la Fête Nationale de l’Unité,  le 20 Mai prochain.

Lire aussi : E. Gouvernance : Paul Biya en mode tweets unificateurs

 

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
L’annonce de sa candidature à sa propre succession a laissé plus d’un KO.
Biya tweete, elle sanglote
Parmi les 9 qui veulent conquérir Etoudi au Cameroun, certains sont là juste pour disperser les voix des Camerounais et pendant ce temps d’autres se font du beurre.
Pour conquérir Etoudi, les vrais candidats ont-ils réellement besoin du financement public ?
C’est une plateforme d’émergence de nouveaux projets, de découverte de nouveaux talents, de présentation de projets confirmés, et d’accueil des professionnels venus du monde entier pour contribuer à la visibilité de la création contemporaine et sa diffusion.
Marrakech accueille la Biennale de la danse en Afrique en 2020
1 Comment

Laissez votre réponse

*