A la une Enquêtes Zone d'ombre

Dibamba : le Dg de Total reconnait la mauvaise qualité de son carburant

Sous pression, Adrien Bechonnet fait une sortie jugée maladroite par les associations de consommateurs dans laquelle il accuse la Société camerounaise des dépôts pétroliers (Scdp) de l’avoir livré un produit mélangé d’eau.

Sous pression, Adrien Bechonnet fait une sortie jugée maladroite par les associations de consommateurs dans laquelle il accuse la Société camerounaise des dépôts pétroliers (Scdp)  d’avoir livré un produit mélangé à sa structure.

Après près de 5h de réunion de crise avec le top management ce dimanche 8 septembre, le directeur général de Total Cameroun ressort tout affaibli de l’immeuble siège de sa structure aux environs de 14h. Habillé d’un blue-jean et d’un polo bleu courtes manches, et d’une paire de tennis de couleur rouge, Adrien Bechonnet s’engouffre dans son véhicule. Il quitte la direction générale à Akwa et emprunte la route qui mène au quartier administratif de Douala (Bonanjo). Il refuse tout contact avec des journalistes et l’équipe du Réseau national des consommateurs (Rnc) venus à sa rencontre pour en savoir davantage sur la mauvaise qualité du carburant découverte la veille à la station service Total de Dibamba par le ministre de l’Eau et de l’énergie (Minee), Gaston Eloundou Essomba. « Le Dg n’a pas souhaité nous rencontrer. Après la réunion de crise, l’un de ses hauts cadres nous a dit que le Dg allait nous appeler avant la fin de la journée », rapporte Francis Hervé Eyalla Saba, président exécutif national du Rnc, qui attend toujours le coup de fil du manager de Total Cameroun. Selon des sources internes, Adrien Bechonnet devrait quitter le Cameroun aujourd’hui pour un séjour à l’étranger.

Total pointe un doigt accusateur vers la Scdp

Au soir de l’incident de samedi, le Dg de Total a fait une sortie dans laquelle il tente de dédouaner son entreprise d’une quelconque infiltration d’eau dans ses cuves de la station service de la Dibamba, tout en jetant l’opprobre sur la Société camerounaise des dépôts pétroliers (Scdp). « Selon une première hypothèse, la livraison en produits blancs du matin, chargé à la Scdp, par un de nos transporteurs, contenait de l’eau qui aurait contaminé le gazole et serait la cause de cet incident », explique Adrien Bechonnet. Les affirmations du Dg de Total sont considérées par Francis Hervé Eyalla Saba comme une grosse manipulation visant à se blanchir, « car si cela est vrai, d’autres cas de même type seraient signalés sur l’ensemble du territoire national de la République et chez tous les autres marketeurs, ce qui n’est pas le cas », croit savoir le défenseur des droits du consommateur camerounais.

Accusée par le Dg de Total, la Scdp n’a pas encore fait de sortie médiatique pour donner sa version des faits. Entre temps, les résultats de l’enquête prescrite par le Minee sont toujours attendus. Francis Herve Eyalla Saba qui compte rester sur le pied de guerre jusqu’à obtenir plus d’explications, aimerait savoir « si Total Cameroun ne contrôle pas ses produits avant, pendant et après le dépotage au moment de les mettre à la disposition du consommateur ? »

Didier Ndengue
Lire aussi : Carburant frelaté : le géant français Total pris la main dans le sac à Douala
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Le chef de l’Etat camerounais entame sa deuxième semaine de campagne sur la prise de conscience nationale sur ses comptes Facebook et Twitter. Ses messages sont largement repartagés et appréciés.
E. Gouvernance : Paul Biya en mode tweets unificateurs
Trois ans après la catastrophe ferroviaire d’Eseka, l’entreprise Camrail compte remettre le train sur les rails. Une nouvelle qui n’a pas laissée les passagers indifférents. Ils posent des conditions claires que l’entreprise devrait respecter pour éviter d’autres drames humains.
Retour d’Intercity sur les rails : les Camerounais posent leurs conditions à Bolloré
Oswald Baboke, le pieux et très discret ministre a 47 ans
2 Comments

Laissez votre réponse

*