A la une Zone d'ombre

Douala : Dr Manaouda Malachie opère des centres de santé sans gants

Pendant son périple dans la capitale économique cette semaine, le ministre de la Santé publique a ordonné la fermeture d’un centre médical évoluant dans la clandestinité. Il a invité les autres à se mettre en règle.

Pendant son périple dans la capitale économique cette semaine, le ministre de la Santé publique a ordonné la fermeture d’un centre médical évoluant dans la clandestinité. Il a invité les autres à se mettre en règle.

Avec ou sans escorte, le jeune ministre va au front. Il multiplie des visites inopinées dans des centres de santé du Cameroun presque chaque semaine. Depuis mercredi dernier, Dr. Manaouda Malachie passe au scanner plusieurs structures sanitaires de la ville de Douala. Pendant son passage, il ordonne la fermeture immédiate des centres de santé exerçant dans la clandestinité. C’est le cas d’un petit centre de santé de New-Bell, dans le deuxième arrondissement de Douala.

Le ministre s’est ensuite rendu à la policlinique « Idimed » à Bonapriso, où il s’est également entretenu avec ses responsables. Cette structure possède un document de l’ordre national des médecins du Cameroun. Ce qui lui permet d’exercer en toute quiétude.

« Nous voulons construire un système de santé solide, viable. Je souhaite simplement que les promoteurs de formation sanitaire puissent s’intégrer dans cette démarche pour que, au finish, nous ayons un système de santé assez solide », a expliqué Dr. Manaouda Malachie.

Didier Ndengue
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Une mission gouvernementale séjourne à Limbé ce jeudi 6 juin 2019.
Limbé : une mission gouvernementale sur les cendres de la Sonara
Je reviens du Sud du Cameroun. On ne connait qu’un seul candidat là-bas. Paul Biya. Même ici dans le Littoral, les affiches d’un seul homme inondent les rues. Paul Biya. A qui la faute ?
Affichage : les challengers de Paul Biya sont-ils encore à l’imprimerie ?
A quelques stations de trains, « Si on te demande » d’Amel Bent fait déjà le buzz
16 Comments

Laissez votre réponse

*