A la une Culture L'aigle

Film : le Cameroun sur les écrans du Fespaco

Le pays de Dikongue Pipa sera bien représenté à la 26ème édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou qui aura lieu du 26 février au 02 mars 2019.

Le pays de Dikongue Pipa sera bien représenté à la 26ème édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou qui aura lieu du 23 février au 02 mars 2019.

Dans quelques jours, le Burkina Faso sera la capitale africaine du cinéma. Il accueillera la 26e édition du Festival panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), créé en 1969. Ce rendez-vous est l’un des plus grands sur le continent. Il se déroule tous les deux (02) ans dans la capitale burkinabè.

La sélection comporte deux sections principales à savoir : une section compétition officielle qui est réservée aux films de réalisateurs africains et de la diaspora et une autre section hors compétition ouverte aux films des cinéastes du monde.

La compétition est composée de plusieurs catégories : court métrage, long métrage, série télévisuelle, fiction court et long métrage et l’Etalon d’or de Yennenga.

8 films camerounais en compétition

Cette année, à l’ occasion de son cinquantenaire, le festival est placé sous une dimension de mémoire, de l’identité et de l’économie. On y récompensera trois films dans chaque section et les trophées que recevront les lauréats seront appelés « Etalon » pour les longs métrages, et « Poulain » pour les courts métrages. Cent quarante sept (147) films ont été retenus dans les différentes catégories, parmi lesquels huit (8) films camerounais. « Le Futur dans le Rétro » de Jean Marie Teno dans la catégorie Documentaire long métrage ; « Ntarabana » de François Woukoaché dans la catégorie Documentaire long métrage « Le père de Tilai » de Michel Kuate dans la catégorie Documentaire Court métrage, « Pa Ta Kam Semi super centenaire au service des pierres » de Laure Kamga dans la catégorie Documentaire Court métrage ; «  Au Delà du  Destin » de Constantin Tchoua dans la catégorie série audio visuelle ; « Otages d’Amour » d’Ebenezer Kepombia dans la catégorie série télévisuelle ; « Mes Silences » de Benjamin Eyenga dans la catégorie fiction Court métrage ; « Miraculous Weapons (Les Armes Miraculeuses) » de Jean Pierre Bekolo dans la catégorie fiction long métrage.

En outre, 20 autres films de 16 pays sont en compétition pour l’Etalon d’Or de Yennenga. Un seul film camerounais est en lice ici. Il s’agit de «  Miraculous Weapons (Les Armes Miraculeuses) »  dans la catégorie Fiction Long métrage

Nos chances

Le Cameroun a de fortes chances de remporter des trophées et de faire briller les couleurs nationales à Ouagadougou, car nous avons de beaux films, des cinéastes expérimentés, avec de très belles thématiques. Seulement, il y a un manque de promotion pour plus de visibilité.

Vanessa Abossolo, stagiaire
Lire aussi : Festival Fomaric 2019 : les préparatifs vont bon train
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Le directeur de publication de « Horizon Plus Magazine » jette un regard sur le monde.
Peter Claver Nkodo : « les gilets jaunes ignorent que la France pille ailleurs le pétrole qui alimente leurs véhicules »
A quelques stations de trains, « Si on te demande » d’Amel Bent fait déjà le buzz
De passage dans nos bureaux au quartier Bonapriso, dans le deuxième arrondissement de Douala, l’ambassadrice des Prayze Factor Awards pour l’Afrique, a bien voulu répondre à nos questions sur sa carrière musicale, professionnelle, sur sa relation avec le Seigneur et sa vie de couple. Elle nous parle également de son combat pour le bien-être des personnes incarcérées au Cameroun, etc. Installez-vous et dégustez notre conversation.
Barakah : « je me sens plus missionnaire qu’autre chose »
115 Comments

Laissez votre réponse

*