A la une Histoire de l'humanité

Je suis André Blaise Essama

Je ne sais pas comment il fait pour trancher les têtes des statues des soldats européens érigées sur les places publiques ici à Douala. Mais je loue cette initiative. Elle est louable. Je ne sais non plus si c’est lui qui a aussi décapité la statue du général Leclerc, qui trône majestueusement en plein cœur du quartier administratif de la capitale économique camerounaise, mais je crois qu’il ne devrait plus retourner derrière les barreaux pour une bataille légitime.

Je ne sais pas comment il fait pour trancher les têtes des statues des soldats européens érigées sur les places publiques ici à Douala. Mais je loue cette initiative. Elle est louable. Je ne sais non plus si c’est lui qui a aussi décapité la statue du général Leclerc, qui trône  majestueusement en plein cœur du quartier administratif de la capitale économique camerounaise, mais je crois qu’il ne devrait plus retourner derrière les barreaux pour une bataille légitime.

Pour la petite histoire, le nationaliste André Blaise Essama est soupçonné d’avoir encore décapité la tête de la statue du général Leclerc, introuvable depuis le 22 avril 2019. C’est vrai que c’est sa spécialité, mais il ne se cache pas quand il le fait généralement. Selon ses principes, André Blaise Essama  se donne toujours en spectacle pour démolir une statue d’un colon érigée dans la ville. Combien de fois il a tranché et baladé la tête du général Leclerc ou du soldat inconnu dans les rues de la métropole ? Maintes fois.

Parce que je crois en son combat, j’irai le soutenir le 24 mai prochain au Tribunal de première instance du Wouri, où il est attendu à 9h30 mn pour s’expliquer sur ce sujet.

On se souvient qu’André Blaise Essama a déjà séjourné à la prison de New-Bell deux fois, pour les mêmes motifs. Et pourtant, à travers ce combat, il exprime son indignation. Celle d’un nationaliste en colère contre les statues des soldats étrangers qui sont dans les rues stratégiques de la ville de Douala, alors que le pays a ses héros nationaux, assassinés pendant la colonisation par nos bourreaux. Tout ce qu’il réclame comme tout bon Camerounais, c’est qu’en lieu et place des soldats français ou allemands, soient érigées les statues en mémoire de nos nationalistes.

DN     
Lire aussi : Ça chauffe, ça fait « tchoukoutchoukou » dans ma tête
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Je l’aurai, ma première Jordan
Je suis Camerounais, je blogue
Je suis Camerounais, je blogue
Après la toute première et seconde réunion trimestrielle de l’ABC, le 17 novembre 2017 à Douala et le 10 mars 2018 à Yaoundé, la troisième rencontre se tiendra décidément ce samedi 30 juin 2018 dans la salle d’ActivSpaces (Immeuble Tecno, Akwa, Douala) dans la capitale économique.
Réunion à ActivSpaces : ce qu’Étienne Talla attend de l’ABC

Laissez votre réponse

*