A la une Culture L'aigle

Joseph Mbarga : « j’écris pour que le lecteur lambda passe un moment agréable avec mes histoires »

Quand il sera 11h samedi 8 décembre 2018, le blogueur Camerounais dédicacera « Qui veut la peau des gorilles », son dernier recueil de nouvelles à la FNAC à Douala (Cameroun). L’auteur nous présente son ouvrage dans cette interview exclusive.

Quand il sera 10h samedi 8 décembre 2018, le blogueur Camerounais dédicacera « Qui veut la peau des gorilles », son dernier  recueil de nouvelles à la FNAC à Douala (Cameroun). L’auteur nous présente son ouvrage dans cette interview exclusive.

Pouvez-vous présenter votre dernier ouvrage « Qui veut la peau des gorilles » à nos lecteurs ? 

« Qui veut la peau des gorilles » est un recueil de nouvelles montrant des scènes de vie qui se déroulent chez nous. Je vois en chaque histoire une petite fable avec des personnages hauts en couleur qui permettent d’aborder certaines thématiques. Et puis comme vous le savez,  il y’a un plaisir à lire un livre; mais il y’en a aussi un à écrire car les mots nous permettent de nous amuser bien plus qu’on ne le pense.

Comment nait votre passion pour les nouvelles ? 

Ma passion pour la littérature, et pour la nouvelle en particulier, naît de la lecture de grands auteurs. Au collège, nous avons lu Séverin Cécil Abega. Ensuite d’autres auteurs comme Francis Bebey ou Réné Philombe m’ont particulièrement marqué. Plus tard j’ai aimé les écrits d’autres maîtres du genre comme Ernest Hemingway, Isaac Bashevis Singer ou encore Raymond Carver.  Tous ces auteurs, tous ces textes m’ont conduit à commencer mes premières ébauches.

Vous en êtes à votre troisième ouvrage. Peut-on dire que les deux premiers se sont bien vendus ? Combien d’exemplaires avez vous écoulé jusqu’ici ?

J’avais publié le premier recueil de nouvelles « La faim ne justifie pas les moyens » alors que j’étais en France dans le cadre de mes activités professionnelles.  Grâce à  la promo sur les plateformes digitales, de nombreux lecteurs ont pu le connaître, notamment en version numérique. J’aime faire connaître mes livres et je pense qu’un public de plus en plus important va découvrir mes livres, ceux déjà publiés et ceux qui vont venir. Cela dit, il faut savoir que quel que soit le pays, quel que soit l’époque une infime partie d’écrivains vivent uniquement des ventes de leurs livres.

En tant qu’écrivain, pensez-vous que le marché du livre se porte bien au Cameroun? 

Je pense pour ma part qu’il faut encore et encore des livres de qualité écris par des camerounais en local (en plus des auteurs qui sont à l’étranger). Les histoires et les thématiques doivent parler au camerounais et tous les acteurs de la chaine du livre devraient travailler ensemble pour faire connaître les œuvres et les auteurs ainsi que pour convaincre les lecteurs d’acheter les romans, nouvelles, essais, etc.

« Qui veut la peau des gorilles » inscrit au programme scolaire de la rentrée prochaine. Vous y croyez ? Quelle sera votre réaction ? 

Je ne m’intéresse pas à ces choses. J’écris pour que le lecteur lambda passe un moment agréable avec mes histoires. Maintenant je suis certain que « Qui veut la peau des gorilles » ne sera pas au programme scolaire à la rentrée prochaine, ni à celle d’après sans doute… (rires).

Joseph Mbarga est sûrement ambitieux. Est-ce que vous vous voyez millionnaire dans les prochaines années grâce à votre passion pour l’écriture ?

Encore ! Bon, pour être riche il faut  créer de la richesse à partir des idées n’est-ce pas ? Les livres partent parfois d’idées. Alors pourquoi pas ? Cela étant, pour bien comprendre mon rapport à l’écriture, j’aimerais partager avec vous ces mots de Rilke, un écrivain autrichien, dans ses « Lettres à un jeune poète » : «  Entrez en vous-même, cherchez le besoin qui vous fait écrire : examinez s’il pousse ses racines au plus profond de votre cœur. »

Réalisée par Didier Ndengue

 

 

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Ntara nous dit comment entretenir nos relations amoureuses.
Comment résoudre ses conflits de couples ?
Les deux stars nigérianes sont les invitées de la 1e édition de la « BOMENGK FASHION DAY ».
Showbiz : Chidinma et Wizboy en mode fashion au Cameroun
Nous, membres de la COALITION POUR L’ACCES A INTERNET au Cameroun et participants au symposium international sous le thème «Droits numériques et élections au Cameroun : Combattre les discours dangereux en ligne tout en préservant les droits numériques au Cameroun » :
Droits numériques et élections au Cameroun : la déclaration de Yaoundé

Laissez votre réponse

*