A la une

Keep on Breaking : Yaoundé, capitale nationale du Hip-Hop

La métropole politique camerounaise accueille la deuxième édition de ce festival de danse le 09 février dans les locaux de l’Institut Français du Cameroun.

La métropole politique camerounaise accueille la deuxième édition de ce festival de danse le 09 février dans les locaux de l’Institut Français du Cameroun.

Le grand festival international des danses Hip-Hop le « Keep On Breaking » tiendra sa seconde sélection nationale le 09 février 2019 à l’Institut français de Yaoundé. Le coup d’envoi sera donné à 14h. Cette plateforme valorise l’identité et l’idéologie de la culture urbaine.

Cette année, il sera question d’une sélection de deux duos dans chaque catégorie (Popping et Hip-Hop) et deux groupes de quatre en Break dance, qui représenteront le Cameroun à la finale internationale avec 12 autres pays d’Afrique et du monde au mois de mars 2019. Les meilleurs groupes de danse venant du Gabon, Togo, France, Tchad, Congo, RCA, Sénégal, Guinée équatoriale….y sont attendus.

Avec au programme ce jour, un espace investi par des valeurs de la diversité culturelle Hip-Hop. Lesquelles seront portées par des danseurs professionnels qui montreront tant leur génie artistique que créatif, au cours des compétitions de Battle, Popping  Hip-Hop, Break dance. Pour rendre la compétition encore plus attractive, plusieurs figures de référence du Hip-Hop seront également de la partie.

Vanessa Abossolo, stagiaire  
Lire aussi : Festival Fomaric 2019 : les préparatifs vont bon train

 

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Don de 8700 sacs de voyage et baisse du prix du billet d’avion pour les pèlerins musulmans en partance pour la Mecque. Tous les moyens sont bons pour se maintenir au pouvoir.
Lecture des résultats de la présidentielle : le candidat Paul Biya en pôle position
La plaie est profonde. Les asticots s’y reproduisent en quantité industrielle. Ils y pissent, chient, et ne cessent de la creuser. Certains tentent de la soigner en utilisant un peu de bétadine à l’extérieur, et un peu d’alcool, sans toutefois la bander entièrement pour qu’elle guérisse totalement. C’est juste pour faire bonne presse.
3 mai au Cameroun : les plumes étranglées
Si plusieurs de nos frères et sœurs se retrouvent dans le désert, dans les navires, esquivent des balles réelles, et risquent leurs vies dans des zones en conflits ou pas, c’est parce qu’ils recherchent des meilleures conditions de vie. Dans le débat de ce week-end, j’aimerai qu’on partage des conseils avec eux, pour qu’ils réussissent leur aventure.
Débat du week-end : comment aider un migrant à réaliser ses rêves ?
1 Comment
  • BolshakovErnst1993Hiz
    4 février 2019 at 14 h 00 min

    history is sales

    3c7e is is wirkt nicht

Laissez votre réponse

*