A la une Paparazzi Zone d'ombre

Langue nationale : Brenda Biya propose l’une de nos langues maternelles

La fille du chef de l’État camerounais s’est exprimée le 10 décembre 2018 sur son compte Twitter.

La fille du chef de l’État camerounais s’est exprimée le 10 décembre 2018 sur son compte Twitter.

Brenda Biya est très active sur Twitter. Surtout sur son compte « consciencieux », où elle partage des belles anecdotes, des histoires parfois amusantes et des propositions constructives avec ses followers. Hier lundi, elle a commis un post qui, jusqu’ici, a été repartagé 78 fois et aimé 311 fois.

« La dictée devrait être dans les programmes académiques jusqu’en 3eme année de licence. Ou au mieux l’une de nos langues vernaculaires devient la langue nationale », a-t-elle écrit sur Twitter.

Ses abonnés se sont régalés avec ce post. Ils ont reçu cette proposition comme un ouf de soulagement. Jean Paul Ntock, l’un d’eux est totalement d’accord avec la fille du chef de l’État. Il suggère à cette dernière de glisser ce joli message au père, car « tu es plus proche de lui ».

Dimitri, un autre abonné, propose à Brenda Biya de rectifier son post : « Déjà langue vernaculaire c’est péjoratif (langue des esclaves)…Langue maternelle c’est mieux ».

Un peu plus bas, Emmanuel Dika se demande « comment choisir dans cette multitude ? Ce serait plus facile s’il y avait une majoritairement parlée ». Le Cameroun compte plus de 250 langues. Les commentaires pleuvent sous le post de Brenda. Un follower a même suggéré à la fille du président de porter cette proposition au parlement.

DN
Lire aussi : La Brenda Biya que j’aime
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Lettre ouverte à Emmanuel Macron
Lettre ouverte à Emmanuel Macron
Elle a été au cœur de la création du mouvement pacifiste des femmes libériennes. Cette organisation a œuvré pour la paix dans son pays pendant la guerre civile.
Leymah Roberta Gbowee : « un Cameroun, un peuple »
Nous connaitrons les candidatures retenues pour l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 après le verdict final qui tombera le 08 août prochain. En attendant, nous avons donné la parole à la jeunesse qui s’intéresse de plus en plus à la vie politique du pays. Trois étudiants portent leurs attentes à l’endroit des candidats en lice.
Présidentielle : la jeunesse camerounaise s’exprime

Laissez votre réponse

*