A la une Culture L'aigle

Les ministres et Dg doivent être les premiers ambassadeurs du “Made in Cameroun”

Je m’interdis beaucoup de littérature dans ce post. Allons droit au but. Tous les économistes sérieux s’accordent sur le fait que les plus de 25 millions de Camerounais engraissent les caisses de leurs bourreaux d’hier. De l’achat du pain à la boutique du quartier, jusqu’à l’achat des grosses cylindrées par les boss de la République, chacun enrichit l’Europe et l’Occident à son niveau au détriment des nationaux.

On se vante avec des phrases bidon du genre : « Je mange du fromage comme un blanc », ou encore : « Je bois du champagne comme un Américain ». Dans la première phrase, on valorise le « fromage », un produit d’origine français et « Blanc », une race étrangère. En mangeant du fromage français, on contribue à l’enrichissement du trésor français. En prononçant « Blanc » dans cette même phrase, on encense cette race. Il faut donc changer de disque. Dites au contraire : « Je mange un délicieux Mbongo tchobi comme un bon man Bassa » ou encore : « Je sais me saper et j’ai du goût comme un Bangangte ». Dans la première phrase, un met local est mis en valeur, il ressort notre identité. Et le « Bassa » reçoit également des fleurs.

Je pense que ces deux petits exemples devraient se traduire dans de grandes choses. J’aimerai par exemple voir un ministre de la République sur le volant d’une voiture « Made In Cameroun ». Je suis allé un peu trop loin. J’ai complètement oublié que nous n’avons pas encore une société de fabrication des voitures ici. Nos opérateurs économiques semblent en panne de stratégies dans ce domaine. Donc je vais prendre un autre exemple.

J’aimerai voir le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana habillé 100% camerounais, de la tête jusqu’aux pieds, du 1er au 30, comme sur le ministre des Sports et de l’éducation physique, le Pr Narcisse Mouelle Kombi en image. Sur sa table, j’aimerai également retrouver les produits « Made in Cameroun ». Imaginez que tous ses collègues ministres fassent pareil au quotidien. La population dira, sans hésiter, « si les ministres consomment uniquement le « Made in Cameroun », cela prouve que nos produits sont de meilleure qualité. Tous vont s’approvisionner chez les producteurs locaux, qui offrent du 100% camerounais. L’argent qu’ils en récolteront ira directement dans notre trésor et notre économie se portera mieux. Même dans les hôpitaux publics. Si Dr Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique rassure les Camerounais qu’il se fera soigner (avec toute sa famille) dans n’importe quel hôpital d’ici (de façon inopinée), tout le corps médical se mettra sérieusement au travail.

Même chose dans le domaine des transports. J’aimerai voir Ngalle Bibehe, le ministre des Transports, dans un bus de voyage en commun sur l’axe Douala-Yaoundé, sans protocole, comme un passager ordinaire.

Il faut donc prêcher par l’exemple chers ministres et directeurs généraux. L’exemple doit venir d’en haut et non d’en bas. Ça ne sert à rien de dire aux populations « consommez camerounais » quand vous puez l’Occident.
Aux Etats-Unis, en France, en Russie ou en Chine, les autorités ne privilégieront jamais les mets étrangers sur leurs tables. Ils n’ont confiance qu’aux produits du terroir, parce qu’ils connaissent dans quel contexte et avec quelle rigueur ils sont produits. Nous devons absolument atteindre ce stade, même si ça va faire mal à nos détracteurs.

Didier Ndengue
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
La revue mensuelle traitera des sujets liés à la préservation de la l’environnement.
Hygiène et salubrité : Clean Cameroon lance un bulletin numérique
Avec une note largement en dessous de la moyenne (4, 80/20), l’opérateur de téléphonie mobile sud africain, filiale du Cameroun, trône en tête du classement de la 6e étude sur la perception de la responsabilité sociétale des entreprises (Rse). C’est le choix des populations camerounaises à l’issue d’une enquête menée en 2017 par Ascomt/Malaria.
Responsabilité sociale des entreprises : la palme d’or revient à MTN Cameroon
La question du Fcfa est plus que jamais d’actualité sur le continent africain et outre atlantique. Les peuples africains veulent sortir de cette monnaie, tandis que leurs dirigeants freinent des quatre fers. Pourquoi ? Qui sont ces dirigeants africains brisés à cause du Fcfa? Comment comprendre le mutisme des organisations de la société civile en Afrique sur le sujet ? Que risquent les pays africains qui continuent à fonctionner avec cette monnaie coloniale ? Dans cet entretien qu’il accorde à La Voix Du Koat, Ndongo Samba Sylla fait une analyse globale de la question. Économiste du développement, ce Sénégalais résidant à Dakar est coauteur avec la journaliste française Fanny Pigeaud du livre « L’arme invisible de la Françafrique. Une histoire du franc CFA », Paris, La Découverte, 2018.
Ndongo Samba Sylla : «Rester dans le FCFA c’est souscrire une assurance sous-développement»
11 Comments

Laissez votre réponse

*