A la une L'aigle

Nous y voilà, place au Grand Dialogue National

«J'ai décidé de convoquer dès la fin du mois un Grand Dialogue National qui nous permettra dans le cadre de notre constitution d’examiner des voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest mais aussi à toutes les autres composantes de notre Nation.» SE.Paul BIYA.

«J’ai décidé de convoquer dès la fin du mois un Grand Dialogue National qui nous permettra dans le cadre de notre constitution d’examiner des voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest mais aussi à toutes les autres composantes de notre Nation.» SE.Paul BIYA.

Nous nous sommes rués comme un seul homme vers le Mont Nkolnyada ce lundi matin pour participer à ce grand événement tant attendu.Les participants,les membres du Gouvernement, les partis politiques, la société civile,le clergé, les femmes, la jeunesse, tout le monde a son mot à dire pour ce Grand Dialogue National.Ilnous est demandé de rester unis.Cette unité qui fait notre force et notre fierté et qui est le véritable rempart contre les manœuvres de déstabilisation,les tentatives de division et de notre cohésion si chèrement acquise. D’ailleurs, le Chef de l’État avait fortement émis ce vœux le 18 mars 1983 à Bafoussam: «Que le Cameroun devienne chaque jour davantage une nation animée d’une conscience et d’une vigilance à toute épreuve, une nation forte de notre union et de notre solidarité. En un mot une nation armée de la cohésion, du patriotisme et de l’engagement des camerounais.» Nous le constatons aujourd’hui la vision du Chef de l’État n’a pas changé.

Pour cette première journée, nous avons tour à tour écouté les prières qu’ont élevé toutes les obédiences religieuses, le Délégué du Gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé, le mot des ex-combattants ambazoniens et enfin le mot du Premier Ministre, Chief Dr Joseph DION NGUTE. Ce Grand Dialogue National initié est une grande occasion de redéfinir les bases d’une unité affaiblie, d’une solidarité qui aurait pris un coup lors des derniers évènements, d’une cohésion devenue fragile à cause du manque d’enthousiasme des uns des autres. Il est la condition primordiale qui doit demeurer la première de nos priorités. Le Premier Ministre chef du gouvernement, Dr. Joseph DION GUTE a rappelé ainsi que nous sommes une nation fraternelle, solidaire et unie et que pour cela nous devrions tous être concernés par ce dialogue qui sera déterminant pour notre futur. «Il est important de mettre un terme aux violences dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et retrouver la sérénité nécessaire au plein épanouissement des populations qui y vivent.»

«J'ai décidé de convoquer dès la fin du mois un Grand Dialogue National qui nous permettra dans le cadre de notre constitution d’examiner des voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest mais aussi à toutes les autres composantes de notre Nation.» SE.Paul BIYA.

Travaux dans une commission

Aujourd’hui,nous sommes tous responsables des décisions qui seront prises.Il nous apparaît donc important de trouver des solutions adéquates et de retrouver une adhésion forte en nos valeurs nationales. Ce Dialogue National doit nous permettre de redonner une dignité à nos frères et sœurs du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Le Premier Ministre Dr Joseph DION NGUTE, a relevé dans son discours le retour aux fondamentaux qui nous ont toujours guidés à savoir, «la force de transcender nos différences pour faire de notre diversité culturelle, une source de richesse de nos populations.»Il a martelé face à une assemblée très attentive qu’il souhaite à travers la vision du Chef de l’État:«le retour de la paix et de la tranquillité dans les deux régions.» Il est donc important de rappeler que, la paix n’est pas une réalité acquise mais une conquête de tous les jours. Le Premier Ministre, Chef du gouvernement a exhorté tous les participants qui ont été invités à la rigueur, la responsabilité pour promouvoir cet idéal de paix que le Chef de l’État ne cesse de prôner. Par ailleurs, il a évoqué les différentes contributions des participants lors des consultations pour la reconstruction, la reprise des activités et la restauration de la paix sociale.Pour cela, une feuille de route a été définie pour les échanges qui auront lieu en plénière et les grandes thématiques retenues sont:Le bilinguisme, la diversité culturelle et la cohésion sociale ; Le système éducatif ; Le système judiciaire ; L’aide au retour des réfugiés et des personnes déplacées ; La reconstruction et le développement des régions touchées par la crise ; Le désarmement,la démobilisation et la réintégration des ex-combattants issus des groupes armés ; Le rôle de la diaspora dans la crise et la contribution du développement du pays ; Et enfin, la décentralisation et le développement local.

Le temps fort de cette cérémonie a été la présence des ex-combattants ambazoniens avec l’intervention de son représentant Yannick KAWA KAWA. Qui, avec des gestes fébriles s’est adressé à l’assemblée avec le cœur. Celui de l’enfant qui revient vers le père. Bien évidemment, s’en est suivi une standing ovation dans la salle. Un moment émouvant. À la suite de toutes ces interventions, le Premier Ministre a rappelé qu’il en a appelle à notre patriotisme et au sens de la responsabilité de tout un chacun.Et a déclaré ouvert les assises du Grand Dialogue National.

La rédaction
Lire aussi :  Yaoundé : les Camerounais veulent effacer les 3 ans d’atrocité dans le Nord-ouest et le Sud-ouest
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Arrêt des violences dans les régions en crise, retour au fédéralisme, révision du système éducatif, création d’emplois, réhabilitation et construction des infrastructures, etc. Nous avons approché quelques frères anglophones cette semaine. Tous parlent d’une seule voix.
Gouvernance : les dossiers brûlants qui attendent ‘’le président des anglophones’’
Incroyable, mais vrai ! Le Haut commissariat des Nations pour les réfugiés (HCR) antenne de Douala abandonne une demandeuse d’asile en plein air depuis trois mois.
Yvonne Buanenku, une réfugiée Congolaise meurt à petit feu sous le regard complice du HCR
Le directeur du Tournoi Chan 2020 fait le point des préparatifs de la compétition qui démarre en janvier prochain au Cameroun.
David Tonye Nhanack : « aucun manquement ne sera permis »
4 Comments
  • RannevHiz
    2 octobre 2019 at 13 h 11 min

    watch is blue online

  • RannevHiz
    2 octobre 2019 at 12 h 59 min

    is for sale cork

  • KimDweDs
    2 octobre 2019 at 10 h 47 min
  • RannevHiz
    2 octobre 2019 at 6 h 58 min

    be is japan

Laissez votre réponse

*