A la une L'aigle Personnalité

Obsèques de Jean Baptiste Sipa : good bye « Coach »

Icône et doyen du journalisme au Cameroun, la dernière feuille blanche remplie par Jean-Baptiste Sipa est plus que pleine. Un hommage… mérité.

Icône et doyen du journalisme au Cameroun, la dernière feuille blanche remplie par Jean-Baptiste Sipa est plus que pleine. Un hommage… mérité.

J’aurai aimé voir une foule, une marée humaine t’accompagner. Des obsèques à la dimension de l’homme. Hélas…Une bibliothèque savamment constituée pendant plus de 50 ans et sagement rangée le 10 juillet 2019 à son domicile à PK11 à Douala, Région du Littoral Cameroun. Le « Coach », comme nous l’appelions affectueusement dans la corporation, s’en va ainsi à 81 ans. Jean-Baptiste Sipa était tout un monument qui puisait sa sagesse dans ces longues années d’écritures. Il menait sa vie entre journalisme et défenseur des droits de l’homme dans plusieurs organisations de la société civile.

L’ancien rédacteur-en-chef du journal « La Gazette » était un monsieur plein dans sa tête, et bien dans son corps. Avec un franc-parler qui forçait l’admiration. Un combattant pour la liberté, incontrôlable par l’administration. Pas d’excès, pas d’extrémisme, loin des écarts de langage, l’ancien directeur de publication du quotidien privé « Le Messager » était un homme entier, qui menait ses batailles dans une sobriété sans pareille. C’est la somme de la dizaine de témoignages qui lui ont été rendus jeudi soir, au cours de sa veillée mortuaire à son domicile à PK11 à Douala.

A chaque étape, de la mise en bière jusqu’à la veillée, j’étais sous le coup de l’émotion. La tristesse commence à m’envahir à la messe de la morgue de l’hôpital Militaire de Bonanjo. Je suis plus abattu quand je pense que, le vieux Sipa, couché dans ce cercueil, ne se relèvera plus jamais pour nous donner les rudiments du journalisme. Ce métier qu’il a tant aimé et qu’il pratiquait en toute objectivité.

Une goute de larme coule à l’intérieur de mes yeux. Je laisse croire que je suis fort en me connectant sur mon Smartphone pour lire quelques posts sur les réseaux sociaux, de peur d’éclater en sanglots. Ce qui ne serait pas une gaffe, mais je préfère souffrir en silence tout seul, loin des regards des gens. Si mes larmes sont invisibles à l’œil nu, c’est bien pour ressembler autrement au «Coach» , Jean-Baptiste Sipa qui, de son vivant, était très effacé, mais présent dans le subconscient de chacun de nous. Même mort, enterré dans son Bayangam natal, nous continuerons le combat, chacun avec ses armes et ses stratégies.

Mille mercis « Coach », nous ne t’oublierons jamais.

Didier Ndengue
Vie professionnelle de Jean-Baptiste Sipa
  • Rédacteur en chef « La Gazette »
  • Rédacteur « Le Messager »
  • Représentant Afrique centrale « Agence France Presse » Yaoundé
  • Correspondant « Le Monde »
  • Correspondant « La Croix »
  • Coordonnateur de la Rédaction « Le Messager »
  • Fondateur Directeur de publication « Afrique Horizon »
  • Directeur de publication « Le Messager »
  • Conseiller à la Rédaction « Inafricavision Emploi »
  • Chroniqueur et éditorialiste pour plusieurs organes de presse nationaux et internationaux
  • Consultant analyste pour plusieurs chaînes de télévision nationale
Syndicaliste
  • Fondateur du Syndicat des Journalistes employés du Cameroun (Sjec)
  • Encadreur du Syndicat des marins camerounais (Synumac)
Société civile
  • Coordonateur national Article 55 (partenaire de l’Ong Un Monde Avenir depuis 2007)
  • Membre fondateur de la plateforme des OSC du Littoral
  • Membre du Copil du Pasc (Programme d’appui à la Société civile) Union européenne
  • Membre du Copil du Programme d’appui à la citoyenneté active
  • Membre du Directoire de Dynamique citoyenne Littoral chargé du plaidoyer
  • Conseiller technique de la Coacic
  • Membre du Comité de surveillance de l’Université de Montagnes
  • Expert consultant auprès de plusieurs OSC dans le Littoral
Lire aussi : Les Camerounais de l’étranger ne sont pas tous des « cancres »
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Annoncé à Yaoundé il y'a quelques semaines par le confidentiel La Lettre du Continent, Christophe Guilhou est confirmé à la tête de l'ambassade de France au Cameroun.
Diplomatie : Christophe Guilhou devient le nouvel ambassadeur de France au Cameroun
Le carburant de mauvaise qualité était stocké dans les citernes de la station service de la Dibamba. La découverte a été faite ce samedi 7 septembre 2019 par le ministre de l’Eau et de l’énergie, Gaston Eloundou Essomba.
Carburant frelaté : le géant français Total pris la main dans le sac à Douala
Il a beaucoup de fans partout au pays grâce à sa diversité culturelle. Sa musique rapproche les ressortissants de nos dix régions. Ce jeune artiste musicien est un phénomène qui mérite les honneurs de la République au moment où nous célébrons la 46e édition de l’unité nationale.
Cameroun : Mr. Leo, l’incarnation de l’unité nationale en musique
3 Comments

Laissez votre réponse

*