A la une Afrique Diplomatie Europe

Pillage du Cameroun : les gilets jaunes chargent Bolloré et Sosucam

Le président de la République française félicite Paul Biya pour sa réélection à la présidence du Cameroun le 07 octobre 2018 avec 71, 28% des suffrages. La Plume de l’Aigle vous sert l’intégralité de la correspondance.

S’exprimant sur les causes de l’immigration en France, les manifestants de l’Ile Saint-Denis s’indignent contre le massacre initié par leurs dirigeants en Afrique.

Une déclaration bien coordonnée, lue en mondovision (YouTube) par neuf gilets jaunes de plusieurs communes de l’Ile Saint Denis (93). Ils s’expriment sur l’immigration en France, le pillage de l’Afrique et de plusieurs autres continents du monde par leur pays. Un désastre qui déchire des familles et cause beaucoup de mal aux peuples qui nourrissent la France. Pendant ce temps, le pays dit  des libertés d’Emmanuel Macron veut imposer des quotas sur l’immigration. Alors que c’est lui qui cause ce phénomène qui a récemment été dénoncé par l’Italie.

Immigration : le débat de la honte

Tous habillés de leur tenue de bataille, ces Français indignés font savoir qu’Emmanuel Macron a annoncé qu’il ouvrira un débat national sur l’immigration et l’introduction du quota pour l’entrée des étrangers en France. Pour ces gilets jaunes, il s’agit d’une stratégie pour diviser, et faire croire que « la France est généreuse, avec les pays du Sud ou du tiers monde et qu’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde ».

« C’est faux. C’est tout l’inverse », réplique un gilet jaune, qui rappelle à son gouvernement que « la France ne possède ni mine d’or, ni uranium, ni pétrole, ni café, ni cacao, ni coltan », pour prétendre qu’elle est riche. Ces minerais indispensables pour la fabrication des avions, des smartphones par exemple, sont volés en Afrique, à travers des échanges illégaux, des pillages en bande, et des guerres que le pays de Macron  organise sur le continent, etc. « Après l’esclavage et la colonisation, la France continue à voler les ressources de nombreux continents dont l’Afrique », constate un gilet jaune.

Bolloré et Sosucam se sucrent sur le dos des pauvres innocents

Au Cameroun, les gilets jaunes de Saint-Denis rappellent que le groupe Bolloré a fait main basse sur une grande partie de palmeraies, en détruisant des terres, en déracinant des familles entières. Ces Français font également savoir que la Société sucrière du Cameroun (Sosucam), qui est une filiale de la Société d’Organisation, de Management et de Développement des Industries Alimentaires et Agricoles (Somdiaa), est au cœur du désastre des populations camerounaises.

Elle détient « plus de 22 mille hectares de terre dans ce pays », narre un membre de ce collectif. Dans la foulée, on apprend aussi que cette société aurait signé un pacte de 99 ans avec le gouvernement de Yaoundé pour exploiter ces terres. « En échange, Somdiaa a versé aux communautés affectées, une indemnité annuelle de 2 millions FCFA, soit l’équivalent de 5 euro par famille », rapporte un gilet jaune.

Dans les pays où ils opèrent, les industriels français de l’agro-alimentaire éliminent systématiquement leurs concurrents locaux avec le soutien de Paris et de l’Union européenne. Au Cameroun, un gilet jaune rapporte qu’ils « ont ruiné la production du poulet  local avec l’importation massive de poulets étrangers bon marché ». Après avoir écarté les éleveurs locaux, ils ont augmenté les prix des poulets. En plus de ces crimes, « ils provoquent des famines, ils décident de qui va mourir, ou de qui va vivre ».

Le FCFA, le caillou dans la chaussure de la France   

« Il parait que l’Afrique a une dette envers la France depuis son indépendance, ceci en raison de tous les bienfaits accordés par la France pendant la colonisation », s’étonne l’un des gilets jaunes de Saint-Denis, qui rappelle que 14 pays africains sont obligés de déposer plus de 60% de leurs réserves sur un compte d’opération à la Banque de France à Paris. Soit plusieurs milliards d’euros africains qui souffrent en France.

Cet argent pouvait pourtant servir au développement des pays africains. « Et l’Afrique est en plus maintenue dans l’esclavage monétaire avec le FCFA qui lui est imposé et qui vaut 650 moins qu’un Euro ». Et de souligner : « le FCFA est la seule monnaie issue d’un système colonial encore en vigueur dans le monde. Les billets sont d’ailleurs imprimés dans deux usines françaises,…». Il y a de quoi se fâcher contre un gouvernement hypocrite et qui insulte sans vergogne un peuple innocent qu’il tue depuis des siècles.

Didier Ndengue
Regardez la vidéo de l’intervention des Gilets Jaunes sur la relation France-Afrique

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Une sortie médiatique maladroite, un communiqué de presse moribond du Dg de la Crtv, et le silence coupable du présentateur de l’émission « 100% présidentielle » ne roulent pas en faveur du candidat à la présidentielle du 07 octobre 2018.
Affaire Cathy Toulou Elanga : la com’ qui enfonce Garga
C'est au siège du FMI à Washington, le lundi 10 décembre 2018, que la délégation de haut niveau expressément mandatée par le Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC, S.E.M. Idriss Déby Itno, a été reçue par la Directrice Générale du FMI, Mme Christine Lagarde.
Coopération monétaire : les argentiers de la Cemac reçus par Christine Lagarde
Je croyais que tu étais spirituellement mur et intègre, mais là, j’avoue que tu m’as juste bluffé.
Kery James, cet extrait contre Trump est une grosse merde
1 Comment
  • Aly Chiman
    3 avril 2019 at 3 h 20 min

    Hello there,

    My name is Aly and I would like to know if you would have any interest to have your website here at ndengue.com promoted as a resource on our blog alychidesign.com ?

    We are in the midst of updating our broken link resources to include current and up to date resources for our readers. Our resource links are manually approved allowing us to mark a link as a do-follow link as well
    .
    If you may be interested please in being included as a resource on our blog, please let me know.

    Thanks,
    Aly

Laissez votre réponse

*