A la une Diplomatie La Présidentielle des Aigles

Présidentielle au Cameroun : les candidats promettent la digitalisation, mais ignorent les blogueurs

En 2018, je suis surpris de constater que certains candidats à la présidentielle du 07 octobre ne collaborent pas avec les blogueurs du mboa pour faire passer leurs visions politiques.

En 2018, je suis surpris de constater que certains candidats à la présidentielle du 07 octobre ne collaborent pas avec les blogueurs du mboa pour faire passer leurs visions politiques.

Au début, Serge Espoir Matomba du Purs a eu une très belle idée. Il a souhaité travailler avec les blogueurs pendant cette élection présidentielle, mais les négociations entre les deux parties ont accouché d’une souris. Aujourd’hui, sa chargée de communication s’occupe de sa présence sur la toile et dans les forums de discussions professionnelles. Elle le fait assez bien. Mais la mayonnaise peine à prendre.

L’autre candidat qui a contacté les blogueurs le jour de la présentation de ses 24 mesures pour redonner au Cameroun ses lettres de noblesse s’appelle Joshua Osih, du SDF. Il faut dire que c’est un féru des réseaux sociaux, qui a su s’entourer d’une équipe de jeunes « androïd ».

Ils gèrent l’image du boss sur la toile,  mais ce qui m’intrigue, c’est ce manque de considération de la part des personnes en charge de sa communication digitale. J’ai le sentiment qu’elles considèrent encore les blogueurs comme des personnes qui s’amusent sur la toile avec une connexion internet. Comme si cette connexion internet et ses outils d’utilisation étaient gratuits.

Si les deux candidats cités plus haut reconnaissent au moins l’existence des blogueurs au Cameroun, le chargé de la communication du candidat Frankline Ndifor Afanwi du Mouvement citoyen national du Cameroun (MCNC), qui prône la digitalisation du pays, n’a convié aucun blogueur à la présentation de son programme politique. J’ai pris ces exemples juste pour dire que le blogging n’a pas trop sa place chez nos hommes politiques.

Je sais qu’ils sont libres de travailler avec qui ils veulent, mais quand on prône la digitalisation, il est important d’être en contact avec les acteurs des nouveaux médias qui offrent plus de visibilité, d’influence, de crédibilité et de rapidité.

  • Le blogueur est plus rapide que la fusée dans le traitement et la diffusion de l’information
  • Le blogueur lance un regard citoyen sur votre communication et relève les incohérences
  • L’information relayée par le blogueur sur sa plateforme est lue et exploitée par la communauté internationale
  • L’article publié par le blogueur demeure éternel jusqu’à la fin d’internet
  • Les médias traditionnels s’abreuvent toujours sur la toile

Normalement, le blogueur et tous les rédacteurs web devraient occuper une place de choix dans les équipes de campagne de nos candidats.

Didier Ndengue
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement camerounais a accordé une interview à Rfi ce mardi matin. Au micro de Christophe Boisbouvier, il revient sur la sortie de Me Dupond Moretti, avocat de Maurice Kamto et sur le séjour de Tibor Nagy, sous-secrétaire d’Etat américain en charge des Affaires africaines au Cameroun.
René Emmanuel Sadi : « les relations entre Yaoundé et Washington sont parfaites »
Malgré l'expiration du contrat assistance technique depuis le 31 décembre 2018, le groupe français actionnaire minoritaire, use de stratagèmes pour arracher le pouvoir aux actionnaires locaux pourtant majoritaires.
Doual’air : le groupe français Servair sert une nourriture avariée au PCA
Sélectionnés dans 16 pays du continent, les projets numériques les plus prometteurs se livrent en compétition du 11 au 13 décembre 2018 dans la ville de Dar Es Salaam.
Forum : les meilleures startups Tech africaines s’affrontent en Tanzanie

Laissez votre réponse

*