A la une Afrique Diplomatie

Putsch manqué au Gabon : je ne peux pas « boire le cadi » des bérets bleus

Même si le pays dʹAli Bongo Ondimba peut reprendre son souffle après quelques heures de frayeurs dues au coup dʹEtat manqué du 07 janvier 2019, une série de questions continuent de mitrailler lʹesprit de nombreux Gabonais et partant des africains.

Même si le pays dʹAli Bongo Ondimba peut reprendre son souffle après quelques heures de frayeurs dues au coup dʹEtat manqué du 07 janvier 2019, une série de questions continuent de mitrailler lʹesprit de nombreux Gabonais et partant des africains.

Et si les casques bleus avaient des cheveux beurrés dans cette affaire ? Bref qui en veut au jadis petit émirat pétrolier dʹAfrique ? Qui veut lʹesprit dʹinsurrection au Gabon? Qui veut engraisser le sentiment anti­bongo? Difficile à dire pour l’instant. En attendant de consulter un « KAM­NSI », autrement dit un oracle dans les grassfields du Cameroun, surfons un tout petit peu sur cette actualité.

Loin de vouloir soupçonner une probable main cachée des nations unies sur le coup dʹEtat manqué des cinq mutins, je ne saurais quoi qu’il en soit « boire le cadi » de ces bérets bleus de lʹONU présents au Gabon.

Je mʹétonne tout simplement sur la drôle de coïncidence avec cet évènement malheureux de Libreville.

Il est environ 04h du matin ce lundi 07 janvier 2019, quand un commando mené par un supposé commandant adjoint de la garde républicaine sʹempare de la radio nationale. Et annonce la création dʹun conseil national de restauration, synonyme de lʹéviction du président Ali Bongo Ondimba du pouvoir. Depuis lors, les commentaires vont bon train, les supputations et les suspicions à vau-l’eau.

De toutes les façons, tant pis pour vous qui spéculez sur la face cachée de la présence de contingents des casques bleus en attente au Gabon. Tant pis pour vous qui soupçonnez un agenda caché. Tant pis pour vous qui mettez en doute la bonne foi et la sincérité de leur présence. Tant pis pour vous qui parlez des vraies fausses raisons de leur véritable présence au Gabon.

Tout ce que je sais, et je mʹen tiens aux raisons officielles, cʹest que selon lʹONU, le contingent des casques bleus est en route pour la R.D Congo en vue dʹune mission interposition en cas dʹun  éventuel conflit post-électoral. Voila qui est clair. Arrêtez donc de croire que le contingent des casques bleus est en mission cachée au Gabon et sʹapprête à effectuer un sale boulot.

Anyway le moins quʹon puisse dire est que les Gabonais sont passés in extrémis à côté de la consommation dʹune patate chaude qui a néanmoins donné des sueurs froides au sérail.

Alors le coup dʹEtat manqué de ce lundi 07 janvier 2019 était ­il un simple coup de folie de petits plaisantins épris de buzz? Etait­il un acte sans consistance politique? Nʹest­ ce pas un éclair  qui annonce une éventuelle  tornade? Donc loin de banaliser, de minimiser ou encore de simplifier cet acte, qui n’est pas anodin. Libreville gagnerait à rester éveillée.

Elthon Djeutcha
Lire aussi : J’exige ma grandeur !
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Sanctions contre Rfi, l’UE et l’Onu : les chefs d’Etat africains à l’épreuve de la solidarité
Les deux dirigeants ont signé un accord qui promet des fruits. Je vous propose la quintessence de leurs engagements.
Trump-Kim : les quatre résolutions de la rencontre historique
Cameroun : des séparatistes anglophones déposent les armes

Laissez votre réponse

*