A la une Afrique Amérique Diplomatie

Rentrée scolaire dans le Noso : le cœur de Tibor Nagy balance entre les séparatistes et le gouvernement camerounais

Le dernier tweet du sous-secrétaire d’État américain en charge des affaires africaines me laisse perplexe.

Le dernier tweet du sous-secrétaire d’État américain en charge des affaires africaines me laisse perplexe.

Incroyable mais vrai. Tibor Nagy, dans un tweet ce mardi 3 septembre 2019, met les séparatistes qui terrorisent les populations de la zone anglophone du Cameroun depuis 2016 sur le même pied d’égalité que le gouvernement camerounais qui les appelle à déposer les armes et à rejoindre les camps du comité national de désarmement, de démobilisation, et de réintégration mis en place par le président de la République, Paul Biya.

« #Education est la clé de l’avenir pour tous les jeunes. C’est une tragédie que les étudiants du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du #Cameroun vont dans une quatrième année sans école. Les séparatistes et le gouvernement doivent engager un dialogue sans conditions préalables », écrit le diplomate américain.

Essayons ensemble de décrypter ce post en quelques mots. Sa première phrase est juste et limpide. Je suis entièrement d’accord avec lui que les enfants doivent aller à l’école. Quant à la deuxième, je trouve que monsieur Nagy a fait un « malaxé » de mots qui peut donner « une diarrhée mentale ». « Les séparatistes et le gouvernement doivent engager un dialogue… ». Cela signifie en clair que Tibor Nagy accorde une place de choix aux deux organisations. Or l’une est légale et l’autre pas. Sauf si les USA ont déjà prévu un statut pour les séparatistes dans leur constitution. Parce qu’il n’appelle pas les séparatistes, qui sont hors-la-loi, et qui pratiquent un terrorisme que les États-Unis combattent de toutes leurs forces, à déposer les armes. C’est quand même curieux ça ! J’aimerai juste poser une question à Tibor Nagy : « qui doit inviter qui sur une table de dialogue ? Les séparatistes ou le gouvernement ? »

« …sans conditions préalables ». J’espère avoir bien traduit, lu et compris le sens de sa chute. « Sans conditions préalables » signifie que les deux organisations iront sur la table de dialogue sans se désarmer, sans prendre une douche, sans que chacune ne prenne des dispositions sécuritaires pour sa protection, sans fixer les bases et les objectifs du dialogue, sans même tomber d’accord sur le pays et la ville où ils doivent se retrouver. Je peux me tromper hein ! Mais là j’avoue que ce post me rend un peu « palapala ».

Heureusement que Carlos Agbor, un jeune originaire de la zone anglophone du Cameroun est venu le recadrer en commentaire : « Enfin quelqu’un dit quelque chose. Mais si les Etats-Unis s’inquiètent pour ces enfants, ils doivent faire quelque chose pour les ambazoniens qui se cachent dans leur pays et achètent des armes à des terroristes. Nous, les anglophones, sommes ceux qui sont décapités chaque jour pas les terroristes d’Amba ».

D.N.    
Lire aussi : En public, Trump et Poutine se tutoient en langues
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Le président américain encourage les enfants à pratiquer le sport pour garder la forme et être un modèle comme ce géant golfeur.
Donald Trump fait un clin d’œil au champion Tiger Woods
Le chef de l’Etat a ordonné un décaissement d’1,5 milliards de francs CFA pour l’aménagement des ouvrages de ces deux villes de la zone septentrionale du Cameroun. Le ministre de l’Habitat et du développement urbain (Minhdu), Célestine Ketcha Courtes s’exécute.
Effondrement de ponts de Maroua et Tokombere : Paul Biya prescrit des mesures urgentes
Après le Français Gilles Thibault, c’était autour, ce matin, de l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Cameroun de répondre à la convocation du Minrex.
Saccage de l’ambassade du Cameroun en Allemagne : convoqué, Berlin s’explique à Yaoundé
3 Comments

Laissez votre réponse

*