A la une Enquêtes Zone d'ombre

Rigobert Song : « les gens ont l’art d’utiliser les réseaux sociaux pour dire n’importe quoi »

Annoncé au Tribunal criminel spécial ce vendredi 12 avril 2019 par les réseaux sociaux « dans le cadre d’une affaire de vente fictive de gilets pare-balles » dans l’affaire Mebe Ngo’o, l’ex-ministre délégué chargé de la défense, l’ancien capitaine des Lions Indomptables du Cameroun nie tout en bloc et parle de « fake news ».

Annoncé au Tribunal criminel spécial ce vendredi 12 avril 2019 par les réseaux sociaux « dans le cadre d’une affaire de vente fictive de gilets pare-balles » dans l’affaire Mebe Ngo’o, l’ex-ministre délégué chargé de la défense, l’ancien capitaine des Lions Indomptables du Cameroun nie tout en bloc et parle de « fake news ».

« Je veux éclaircir un peu les choses parce que les gens ont l’art de toujours vouloir utiliser les réseaux sociaux pour dire n’importe quoi. Je n’ai aucun souci. Jamais je n’ai été interrogé, jamais je n’ai été interpellé. Je suis en ce moment en Egypte. J’ai été invité hier par le président de la Caf pour le tirage au sort de la Coupe d’Afrique. Je ne sais pas de quoi il s’agit. Je ne sais pas s’il y a des personnes qui cherchent quoi dire pour déstabiliser les gens. Je n’ai aucun problème dans ces réseaux sociaux où mon nom circule. Vendredi, regardez bien sur les chaînes où on diffusera le tirage au sort de la Coupe d’Afrique. Je suis présent. Alors que les gens arrêtent de vouloir déstabiliser l’image et des personnalités. Je vous remercie », réagit Rigobert Song au micro de La Plume de l’Aigle.

Didier Ndengue
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Affaire Kamto : René Emmanuel Sadi recadre Tibor Nagy
Comme en Afrique de l’Ouest, le président de la Commission de la Cemac exhorte les populations de sa communauté à changer de mentalité pour rendre la libre circulation effective.
Daniel Ona Ondo : « Qu’on s’accepte mutuellement en Afrique centrale »
Cette semaine, Ntara nous emmène à l’Ouest Cameroun, où les filles ne sont pas faciles à séduire.
Comment faire les yeux doux à une « Bam’s »

Laissez votre réponse

*