A la une Enquêtes Zone d'ombre

Saga du virtuel : je suis le dictateur de la République WhatsApp

Aujourd’hui, grâce à ce réseau social, on peut dicter sa loi aux membres de son forum.

Aujourd’hui, grâce à ce réseau social, on peut dicter sa loi aux membres de son forum.

Tous les jours, pour ne pas dire à chaque heure, un forum WhatsApp est créé. Ces groupes se déclinent par secteurs d’activités, par idéologie, par affinité ou par liens de famille….Vous pouvez compléter la liste.

Administrateur d’un groupe WhatsApp, un phénomène mondial devenu viral au Cameroun. Des territoires d’expression où certains administrateurs et quelques caciques du groupe dans leurs postures de fort en thème de boss, règnent en maître sur le reste de la troupe au nom d’une supposée charte dont eux seuls maîtrisent parfois les textes fondateurs. Humm ! Les ways forts quoi ?

Alors, dans ce billet dont l’inspiration est partie d’une conversation de deux jeunes dames frustrées et choquées par les écarts de conduite de certains administrateurs de groupes, leurs copains avec, nous voulons juste attirer l’attention de ces derniers sur leurs agissements des fois blessants.

Ok ! Pour vous qui avez fait de l’administration d’un groupe WhatsApp votre poste de travail, allez-y molo. En passant il se dit même que certains de vous n’hésitent plus à mentionner sur vos cartes de visite « responsable de groupes whatsapp ». lol !

Si un tiers de la population mondiale utilisent les réseaux sociaux, il va sans dire que presque tous parfois sans le vouloir, sont membres d’un groupe WhatsApp sur le leadership d’un ou de plusieurs administrateurs. Ces administrateurs que j’appelle « monarques » des micros des États virtuels qui pullulent sur les réseaux sociaux notamment WhatsApp. Là-bas je vous l’ai dit plus haut, ils dictent leurs lois.

Or il s’agit souvent des lieux de copinage ou la parole, la science infuse, et la colère n’appartiennent qu’au vénérable administrateur et sa clique de potes. On les appelle aussi le noyau dur du groupe. Ceux qui font et défont les hommes. Ceux qui vous enlèvent ou qui décident qu’on vous retire et remette du groupe au gré de leurs humeurs.

Pour donc éviter cette sentence, abstenez vous de vouloir indexer un des leurs, surtout si vous êtes un poids mouche de la troupe. Dans ces républiques WhatsApp, souffrez qu’on vous impose parfois tout que cela vous plaise ou non. Des territoires d’expression ou par hypocrisie par intérêt ou encore par peur d’être mitraillé par la meute des caciques ou des ayants cause, nous n’avons pas le courage de lever le petit pouce pour condamner un fait.

Mais bon il y’a des téméraires qui franchissent le pas et lancent « leur bombe ». Et quand c’est fait ils anticipent en disant : « retirez-moi si vous voulez. J’ai fini avec vous ». D’autres par ironie s’écrient : « s’il vous plait ne me retirez pas de votre groupe sinon je vais mourir… » MDR !

Mise en garde

Pour ceux et celles qui veulent déjà me donner les leçons là ou pour vous qui « fiasquez » ou en cours de « fiasquer » ou même pour vous qui riez ou souriez trop en parcourant cet article, je vous préviens, la charte est claire : pas de commentaires encore moins d’émoticônes. En tout cas, essayez pour que je vous retire de la liste de mes lecteurs V.I.P.

En plus, vous n’aurez pas  le privilège d’être membres de mes prochains groupes WhatsApp (LES VRAIS HÉRITIERS DE VOS MARIS, LES PLANS DE MA FEMME ET DE LA PETITE CONTRE MOI et LE VISAGE DE CEUX QUI ONT TON MAL) dont le téléchargement est en cours. Je ne discute avec personne. C’est moi l’administrateur ici un point c’est tout. Et si ça t’énerve, sautes et crées ton groupe. En tout cas sauf glissement de mégas je suis sauf que avec vous pian !

Elthon Djeutcha
Lire aussi : Facebook lance son programme de vérification de l’information au Cameroun avec l’AFP

 

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Tous les domaines sont minés. Les neufs postulants le savent très bien. Pour remettre ce pays sur les rails, les discours pompeux juste pour plaire ne suffisent pas. Il faut détruire plusieurs symboles entretenus par les loges. C’est dur à accepter, mais c’est le seul moyen pour arriver à la prospérité. Je me suis réveillé ce matin avec un bouquin de feu Ateba Eyene. Je partage quelques extraits de ce riche ouvrage dans cette série d’articles que je vous propose.
Présidentielle au Cameroun : quel candidat oserait s’attaquer aux loges? (Chapitre 1)
Tout serein, j’ai glissé le bulletin de mon choix dans l’urne ce dimanche 07 octobre 2018.
J’ai voté
Après la proclamation des résultats de la présidentielle lundi dernier par Clément Atangana, le président du Conseil constitutionnel, j’ai légèrement « jubilé », avant de me rappeler que Paul Biya décroche un septennat décisif.
Nouveau septennat : Paul Biya face au déluge et au paradis
820 Comments