A la une Sexe Zone d'ombre

Saint-Valentin : quoi lui offrir ? Rien !

Le 14 février c’est demain. Jour de la Saint Valentin. Quoi lui offrir ? Rien. Ne lui offrez rien. Surtout si vous n’êtes pas mariés ! Vous n’avez pas besoin d’offrir quoi que ce soit, à qui que ce soit pour lui montrer que vous l’aimez !

Le 14 février c’est demain. Jour de la Saint-Valentin. Quoi lui offrir ? Rien. Ne lui offrez rien. Surtout si vous n’êtes pas mariés ! Vous n’avez pas besoin d’offrir quoi que ce soit, à qui que ce soit pour lui montrer que vous l’aimez !

Si vous aimez vraiment quelqu’un, vous n’avez pas besoin d’un jour unique pour en faire un symbole.

J’ai tendance à dire à mon entourage que la vie est courte, et en même temps, elle est extraordinaire. La société fait du 14 février un jour particulier, je vois des couples se briser ce jour, juste à cause du cadeau qui n’a pas été offert, cadeau matériel bien sûr, et c’est une attitude que je déplore.

Si vous tenez tant à offrir à votre bien-aimé un cadeau, offrez-lui votre attention, c’est tout, c’est de loin le meilleur cadeau qui puisse être fait. Donc n’allez pas casser votre tête pour lui offrir un cadeau compliqué, offrez-lui votre cœur, tout simplement.

Bonne journée à vous. Je ne peux pas vous souhaiter bonne fête de Saint Valentin, je n’aime pas ça du tout !

Ntara
Lire aussi : Je suis célibataire, je croque la vie à pleines dents
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
La mise au point du président de la Fondation Internationale Inter-Progress sur des publications le concernant relayées par certains médias locaux depuis quelques jours.
Pierre ZUMBACH: « PROMOTE est un projet du Gouvernement camerounais »
Il écrit depuis plus de cinq décennies. Ses bouquins tournent autour de la mémoire collective africaine. Contre vents et marées, il reste debout comme un roc. Le prince des Bele Bele, âgé de 71 ans, est mon coup de cœur de la semaine.
Littérature : Kum’a Ndumbe III, une plume dorée au service de l’Afrique depuis 50 ans
Il y'a ceux qui crient à l'insuffisance collective, dans un déni de leur incapacité individuelle...
Arsdy Kapnang : « Il y’a ceux qui crient à l’insuffisance collective, dans un déni de leur incapacité individuelle… »
9 Comments

Laissez votre réponse

*