A la une Afrique Diplomatie

Samuel Mvondo Ayolo : constante attention…

La Plume de l’Aigle vous propose l’intégralité de l’éditorial du Ministre, Directeur du Cabinet civil de la présidence de la République du Cameroun, paru dans la dernière livraison du « Temps des Réalisations ».

La Plume de l’Aigle vous propose l’intégralité de l’éditorial du Ministre, Directeur du Cabinet civil de la présidence de la République du Cameroun, paru dans la dernière livraison du « Temps des Réalisations ».

 Le Cameroun, de concert avec le reste de la communauté internationale, a célébré, le 8 mars 2019, la Journée de la femme. Le thème retenu pour cette année, « Croisade contre les inégalités de sexes : s’arrimer à la nouvelle impulsion », rentre en droite ligne de la volonté du Président de la République, Paul BIYA, de consolider les acquis en matière d’émancipation et de promotion de la femme camerounaise. Et les Camerounaises, dans leur immense majorité, sont reconnaissantes envers le Chef de l’Etat pour les progrès réalisés en la matière, comme l’exprimaient les messages de banderoles et de pancartes dévoilées lors de la parade du 8 mars au Boulevard du 20 mai à Yaoundé.

La présence de la Première Dame, Madame Chantal BIYA, à ce défilé marquant l’apothéose des manifestations organisées à cette occasion, démontre, à elle seule, la solennité dont le Couple présidentiel couvre cet événement. C’est, en effet, un grand moment de réflexion et de convivialité qui célèbre le rôle de la femme dans une société juste et égalitaire, ayant en ligne de mire l’Initiative 50-50 des Nations Unies et l’agenda 2063 de l’Union africaine. Des dizaines de milliers de femmes motivées et enthousiastes, soutenues, dans une belle synergie, par quelques hommes, ont animé des débats et battu le pavé à Yaoundé et à travers le pays, en signe de soutien à la politique de la femme au Cameroun. Cette mobilisation traduit également un engagement à l’œuvre de construction nationale, dans la paix, la sécurité, la stabilité, la concorde et la fraternité : conditions indispensables pour l’émergence de notre nation.

Depuis son accession à la magistrature suprême, la promotion de la femme est au cœur de l’action du Président Paul BIYA. Elle n’a cessé de faire l’objet de ses plus subtiles attentions. La création du Ministère de la Condition Féminine, puis du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille, est illustrative à cet égard. A travers ses différents programmes, ce département ministériel renforce la place et le rôle de la femme dans notre société, tout en combattant les pratiques discriminatoires surannées et les violences de toutes sortes à son égard. Pour bâtir une nation forte, inclusive et prospère, le Cameroun a besoin de toutes les forces productives, en particulier la femme. C’est la raison pour laquelle le Chef de l’Etat favorise son accession à de hauts niveaux de responsabilité, aussi bien dans l’administration civile, militaire, policière et traditionnelle, que dans les institutions politiques représentatives ou encore au sein de sa propre formation politique, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), pour ne s’en tenir qu’à celles-là.

Ce qui est vrai pour les femmes, l’est aussi pour les jeunes. Dans son discours inaugural du septennat, le 6 novembre 2018, le Président de la République déclarait : « … conscient que la finalité de la démocratie est d’apporter au plus grand nombre, des conditions de vie aussi bonnes que possible et une véritable égalité des chances, je persisterai à consacrer tous mes efforts : à favoriser la relance de la croissance économique, créatrice d’emplois, notamment pour les jeunes, et susceptible d’améliorer le pouvoir d’achat ; à promouvoir le rôle des femmes dans notre société ; à faciliter l’intégration sociale des jeunes en développant encore davantage notre système éducatif, à tous les niveaux, et en mettant l’accent sur la professionnalisation… » La Plume de l’Aigle vous propose l’intégralité de l’éditorial du Ministre, Directeur du Cabinet civil de la présidence de la République du Cameroun, paru dans la dernière livraison du « Temps des Réalisations ».

Il serait sans doute fastidieux d’énumérer ici tout ce qui est fait en faveur de la jeunesse camerounaise. Néanmoins, il est important de rappeler que notre pays dispose de l’un des taux de scolarisation les plus élevés d’Afrique et la qualité de sa ressource humaine est reconnue et appréciée à travers le monde. Cela découle sans doute de la volonté des jeunes camerounais, mais aussi des performances de notre système éducatif en constant perfectionnement. Le problème de l’emploi des jeunes, comme partout dans le monde, demeure une grande préoccupation. Cependant, le Chef de l’Etat ne tarit pas d’ingéniosité pour le résorber. Comme il l’a annoncé dans son message à la jeunesse, le 10 février dernier, plus de cinq cent mille emplois nouveaux ont été créés en 2018, plus de cinq cent mille autres le seront cette année. L’espoir est donc permis de réduire ce fléau à sa plus simple expression. C’est ainsi que se multiplient les incitations aux entreprises locales et étrangères à investir davantage, dans le but de densifier le tissu économique, facteur de création de richesses et générateur d’emplois.

Le salon Promote, qui s’est tenu à Yaoundé, sous le haut patronage du Chef de l’Etat, et Cameroon Bussiness Forum, plateforme de dialogue entre le secteur public et le secteur privé, participent de cette dynamique. La jeunesse regorge de nombreuses habiletés pour se mouvoir dans un monde de plus en plus asynchrone et virtuel, où le développement fulgurant des moyens de communication, l’accroissement continu du fossé entre riches et pauvres, l’hégémonie de la pensée unique, la consommation abusive d’alcool et des drogues… débouchent, hélas, sur des dérives effrayantes. C’est la raison pour laquelle le Président Paul BIYA encourage les jeunes camerounais à expérimenter leurs convictions politiques par une adhésion active et citoyenne, suivant les canons qui la gouverne. Dans son message du 10 février dernier, il les a appelés à une pratique saine de la politique. Quiconque veut faire de la politique doit éviter de se laisser séduire par un activisme dans les réseaux sociaux qui inhibe les capacités individuelles de discernement et se nourrit de fantasmes. Le beau modèle de démocratie est celui où le choc des idées éclaire les citoyens, où les contestations seraient des stimulants à la créativité et non des lance-flammes. Et pour y parvenir, le Président de la République fait confiance à la jeunesse comme il fait confiance à la femme pour que triomphe le Cameroun.

Lire aussi : Fête de la jeunesse 2019 : ces bouts de phrases de Paul Biya qui renforcent mon optimisme
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Les États-Unis affronteront bientôt la Chine et la Russie sur le continent grâce à sa nouvelle politique. La France est aux abois.
Politique africaine : la riposte américaine se prépare !
Cameroun : la connexion Internet sera stable le 07 octobre
Cameroun : la connexion Internet sera stable le 07 octobre
L’image utilisée pour illustrer leurs déclarations date de juillet 2015 et appartient à un blog américain.
Saccage de l’ambassade du Cameroun à Paris : les « anti-sardinards » casseurs ont menti à propos des préservatifs

Laissez votre réponse

*