A la une Afrique Diplomatie Europe

Situation sociopolitique et sécuritaire au Cameroun : Niat Njifenji invite les députés européens à descendre sur le terrain

Le président de la chambre haute du parlement camerounais balaie d’un revers de la main les affirmations, du 18 avril 2019, de ses députés européens sur les foyers de tension dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et sur les libertés individuelles et collectives au Cameroun.

Le président de la chambre haute du parlement camerounais balaie d’un revers de la main les affirmations, du 18 avril 2019, de ses députés européens sur les foyers de tension dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et sur les libertés individuelles et collectives au Cameroun.

En séance plénière, le parlement européen n’a pas du tout été tendre avec le Cameroun. Malgré les positions réalistes de Jean-Luc Schaffhausser et Dominique Bilde, tous deux députés du Front national en France, qui dénoncent en filigrane l’hypocrisie européenne, la résolution finale du parlement sur le Cameroun, est venue confirmer le complot européen qu’ils redoutaient déjà  pendant leurs interventions. Le premier a rappelé à ses confrères parlementaires que le séparatisme qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest « est alimenté et instrumentalisé par des puissances extérieures ». Sa collègue n’est pas passée par quatre chemins pour dire « non à l’ingérence dans les affaires du Cameroun, qui combat courageusement l’islamisme ! » Et d’insister : « Le Cameroun n’a besoin ni de notre ingérence, ni, surtout de notre condescendance ».

Tel un sourd, le Parlement européen est resté droit dans l’hypocrisie occidentale dénoncée plus tôt par ces deux membres. Dans sa résolution, il rapporte que les forces de sécurité camerounaises sont à l’origine des « actes de torture, de disparitions forcées et les exécutions extrajudiciaires » dans les deux zones anglophones en proie à l’insécurité.

Lire aussi : Parlement européen : Dominique Bilde s’oppose à l’ingérence étrangère au Cameroun

Dans la même veine, le Parlement dénonce les «  violations de la liberté de la presse, de la liberté d’expression et de la liberté de réunion » au Cameroun. Une attention particulière est accordée au cas Maurice Kamto, leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc), qui croupit derrière les barreaux à la prison Centrale de Kondengui (Yaoundé) depuis quelques mois.

Contrairement aux affirmations des parlementaires européens, René Emmanuel Sadi avait confié, il y a quelques semaines sur les antennes de Radio France Internationale (Rfi) qu’il n’a pas été incarcéré pour ses opinions politiques. « M. Kamto et ses partisans sont détenus pour des faits de droit commun, entre autres, d’insurrection, d’hostilité contre la patrie, de rébellion et de destruction de biens publics, tant à l’intérieur du pays que dans plusieurs ambassades du Cameroun à l’étranger », avait souligné le porte-parole du gouvernement.

Ce 19 avril 2019, après le rebondissement des députés européens sur ce dossier, le Senat camerounais à travers son président Niat Njifenji Marcel « s’insurge contres les affirmations contenues dans [leur] résolution qui déroule une litanie de contre-vérités sur la situation sociopolitique et sécuritaire au Cameroun ». Il demande au Parlement de déployer sur le sol camerounais, une « délégation de députés européens, afin que ces derniers se fassent eux-mêmes leur propre opinion sur la situation sociopolitique et sécuritaire au Cameroun ».

Didier Ndengue    

Lire aussi : Jean-Luc Schaffhauser :  »Paul Biya occupe le pouvoir depuis 37 ans. Ce sont toutefois, chers amis, 37 ans de stabilité »

 

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Message du président du Syndicat National des Journalistes (SNJC) à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse le 3 mai 2019.
Denis Nkwebo : « la presse camerounaise est la cible de violentes attaques du gouvernement »
Pour ramener la sérénité dans la tanière, le gouvernement camerounais n’entend pas renouveler le contrat du sélectionneur national de l’équipe fanion de football après l’échec à la Can Egypte 2019.
Lions Indomptables : Clarence Seedorf…la rupture !
Un peu d’agressivité au début peut aboutir à une relation stable et impeccable si vous tenez bon. Dans les lignes qui vont suivre, Ntara nous dit presque tout sur les félines des régions du Centre et du Sud du Cameroun.
Conquérir le cœur d’une amazone « Béti » comme un lion
9 Comments

Laissez votre réponse

*