A la une

Cinéma : « Muna Moto » de Dikongué Pipa en projection ce mardi 15 octobre à Douala

L’accès est libre et gratuit.

L’accès est libre et gratuit.

Entre Ngando et Ndomé, c’est le grand amour. Les deux tourtereaux ont des projets de mariage. Ngando est excité, mais la famille de Ndomé veut un homme capable de payer la dot. Ngando ne peut malheureusement pas. Il est pauvre. Ndomé tombe enceinte. Elle donne naissance à une jolie petite fille. Mais la tradition exige qu’elle ait un prétendant capable de payer la dot. Un extrait qui résume le long métrage « Muna Moto » du réalisateur, scénariste et producteur camerounais, Jean-Pierre Dikongué Pipa, qui sera projeté ce mardi 15 octobre 2019 à 19h à l’Institut français du Cameroun, antenne de Douala.

Ce film décroche l’Etalon d’Or de Yennenga en 1976 au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). Quelques mois plus tôt, Michel Kuaté, le directeur de production chez Cordia Prod avait lancé une campagne nationale de mobilisation des fonds pour la confection de la statue de ce grand-homme. Celle-ci a été inaugurée en février dernier à la Place des Cinéastes à Ouagadougou au Burkina Faso.

Dikongué Pipa est le seul Camerounais à avoir empoché ce prix. Pour lui rendre un hommage mérité, le village Bonalembe projette gratuitement «Muna Moto» ce mardi.

D.N.
Lire aussi : Ouagadougou : Dikongué Pipa verse une larme au pied de son monument

 

 

 

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Ces propos ont été tenus ce lundi matin par le président de l’Assemblée nationale du Cameroun (Pan) dans son discours d’ouverture de la session parlementaire de juin 2019.
Cavayé Yeguié Djibril : « oui à l’accompagnement et non à l’ingérence »
A plusieurs reprises, le séjour privé du président Paul Biya, qui a généralement l’habitude de prendre ses quartiers à l’hôtel Intercontinental de Genève, est troublé par des activistes. Sous le nez et la barbe des autorités helvétiques complaisantes. Une vraie aberration dans la courtoisie diplomatique.
Séjour privé de Paul Biya : à quoi jouent les autorités suisses ?
Pour satisfaire les élèves déplacés de la crise anglophone, l’arrondissement sollicite la création de deux lycées bilingues.
Back to school : le cri de cœur qui vient de Mbanga

Laissez votre réponse

*