A la une Le guignol

Crise d’inspiration : ma causerie avec ma feuille blanche

C’est mercredi. Mercredi des jeunes. Il est 7h, et je n’ai encore rien écrit pour animer mes communautés. Plusieurs idées défilent dans ma tête. Mais elles ne sont pas assez structurées. Et pourtant, je dois dire quelque chose dans mon blog dans les prochaines minutes. Me voici coincé devant le clavier de ma machine. Une idée me traverse la tête. J’échange un peu avec quelques amis blogueurs. Mince !!! Je suis emporté par les conversations. Elles sont trop cool. Yeuch, elles me distraient même déjà.

C’est mercredi. Mercredi des jeunes. Il est 7h, et je n’ai encore rien écrit pour animer mes communautés. Plusieurs idées défilent dans ma tête. Mais elles ne sont pas assez structurées. Et pourtant, je dois dire quelque chose dans mon blog dans les prochaines minutes. Me voici coincé devant le clavier de ma machine. Une idée me traverse la tête. J’échange un peu avec quelques amis blogueurs. Mince !!! Je suis emporté par les conversations. Elles sont trop cool. Yeuch, elles me distraient même déjà.

Ma feuille blanche me regarde seulement avec ses yeux doux. Mais je ne sais plus quoi écrire sur elle. J’avais pourtant le punch il y a quelques minutes. Les mots se sont soudainement évaporés. Qu’est ce que je fais maintenant ? Rien. Regarde juste ton ordi. Mon ordi me regarde aussi. Il me demande de faire un kongossa. Sur quoi alors ? Je ne sais pas hein, mais mec tu dois dire quelque chose.

Mbom, est-ce que je suis même obligé de dire quelque chose chaque matin à mes followers ? Ils me paient pour ça ? C’est eux qui me mettent la connexion Internet tous les jours ? Aka qu’ils se débrouillent ailleurs, aujourd’hui, je suis en panne sèche. D’ailleurs je regarde un peu quelques sketchs pour rire. On dit souvent que c’est bien de rire tous les matins. C’est vrai ça ? Tu demandes à qui ? Gars c’est la crise d’inspiration qui me ronge. Ne fais pas attention à moi ce matin abeg.

J’ai une autre idée, je vais écrire sur les internautes qui sont payés pour devenir activistes. Aka, tu n’as rien à faire ? Il faut laisser couler. Ok, je vais alors écrire pour dire qu’on va organiser la Can en 2021. Mafff, tu as les preuves ? Tu ne sais pas que l’Algérie fait déjà sa toilette pour nous l’arracher ? Ekieee, j’écris alors sur quoi ou sur qui ce matin ?

Ndengue, regarde ta feuille blanche et dis lui que tu es en crise d’inspiration. Vas prendre un bon petit déjeuner, ça te fera du bien. Humm, tu ignores que j’ai rompu avec les petits déjeuners depuis quelques semaines ? Tu as vraiment rompu ou c’est la galère qui te l’a imposé ? Les deux. Je vois que tu aimes me voir gros comme l’hippopotame n’est-ce pas ?
J’ai une idée. Laquelle encore ? Attends je réfléchis…Je vais juste dire bonjour à mes followers.

Coucou les amis !!!

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Alors que le ministre de la Santé publique est engagé dans une croisade contre les structures médicales illégales, le docteur Guy Sandjon, président de l’Ordre national des médecins du Cameroun lui rappelle les limites de la loi.
Santé publique : Manaouda Malachie face aux vieux démons du libertinage
Ce que les membres actifs de notre association peuvent gagner de cette collaboration avec la plus grosse institution humanitaire du monde.
Coopération avec l’Onu : une aubaine pour les blogueurs camerounais
Il écrit depuis plus de cinq décennies. Ses bouquins tournent autour de la mémoire collective africaine. Contre vents et marées, il reste debout comme un roc. Le prince des Bele Bele, âgé de 71 ans, est mon coup de cœur de la semaine.
Littérature : Kum’a Ndumbe III, une plume dorée au service de l’Afrique depuis 50 ans
740 Comments