A la une Zone d'ombre

Douala : Dr Manaouda Malachie opère des centres de santé sans gants

Pendant son périple dans la capitale économique cette semaine, le ministre de la Santé publique a ordonné la fermeture d’un centre médical évoluant dans la clandestinité. Il a invité les autres à se mettre en règle.

Pendant son périple dans la capitale économique cette semaine, le ministre de la Santé publique a ordonné la fermeture d’un centre médical évoluant dans la clandestinité. Il a invité les autres à se mettre en règle.

Avec ou sans escorte, le jeune ministre va au front. Il multiplie des visites inopinées dans des centres de santé du Cameroun presque chaque semaine. Depuis mercredi dernier, Dr. Manaouda Malachie passe au scanner plusieurs structures sanitaires de la ville de Douala. Pendant son passage, il ordonne la fermeture immédiate des centres de santé exerçant dans la clandestinité. C’est le cas d’un petit centre de santé de New-Bell, dans le deuxième arrondissement de Douala.

Le ministre s’est ensuite rendu à la policlinique « Idimed » à Bonapriso, où il s’est également entretenu avec ses responsables. Cette structure possède un document de l’ordre national des médecins du Cameroun. Ce qui lui permet d’exercer en toute quiétude.

« Nous voulons construire un système de santé solide, viable. Je souhaite simplement que les promoteurs de formation sanitaire puissent s’intégrer dans cette démarche pour que, au finish, nous ayons un système de santé assez solide », a expliqué Dr. Manaouda Malachie.

Didier Ndengue
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Port autonome de Douala : Bolloré s’en ira, ne s’en ira pas
Je ne sais pas comment il fait pour trancher les têtes des statues des soldats européens érigées sur les places publiques ici à Douala. Mais je loue cette initiative. Elle est louable. Je ne sais non plus si c’est lui qui a aussi décapité la statue du général Leclerc, qui trône majestueusement en plein cœur du quartier administratif de la capitale économique camerounaise, mais je crois qu’il ne devrait plus retourner derrière les barreaux pour une bataille légitime.
Je suis André Blaise Essama
Journaliste et panafricaniste, le directeur de l’information de la radio Médiafrique (99.9 FM) à Douala répond à nos questions sur le nouveau visage du monde dessiné par les grandes puissances qui avancent en rangs dispersés.
Armand-Rodolphe Djaleu : « Il faut une renégociation des accords signés avec l’Union Européenne »
642 Comments

Laissez votre réponse

*