A la une Zone d'ombre

Santé publique : pourquoi Dr Manaouda Malachie veut-il « uniquement » faire vacciner les jeunes filles de 9 ans ?

La question taraude l’esprit des parents, qui souhaitent en savoir davantage sur les molécules qui seront administrées à leurs enfants.

La question taraude l’esprit des parents, qui souhaitent en savoir davantage sur les molécules qui seront administrées à leurs enfants.

Les plaintes ne font que s’entasser les unes sur les autres. Le Réseau national des consommateurs (Rnc) est débordé. Le défenseur des droits du consommateur camerounais en a déjà enregistré près de 300 depuis l’annonce, le 2 septembre dernier, d’une campagne nationale de vaccination des jeunes filles de 9 ans par le ministre de la Santé publique (Minsanté), qui se déroulera sur l’ensemble du triangle national du 27 novembre au 1er décembre 2019.

Dr Manaouda Malachie explique que ladite campagne vise à lutter « contre le cancer du col de l’utérus et les autres infections génitales ». A l’en croire, « la vaccination est en effet le moyen essentiel de prévention de la survenue du cancer du col de l’utérus à l’âge adulte chez les jeunes filles avant le début de l’activité sexuelle.» Les parents des jeunes filles ciblées voient plusieurs zones d’ombre dans l’ordonnance du Minsanté.

Sceptiques

Par coup de fil, Sms, WhatsApp, ou directement dans les locaux du Rnc, sis dans la capitale économique camerounaise, les parents souhaitent avoir tous les détails relatifs à cette campagne de vaccination. Francis Hervé Eyalla Saba, le président exécutif national du Rnc, dans un communiqué rendu public hier, rapporte les inquiétudes des plaignants. Ceux-ci redoutent « d’éventuels effets indésirables pouvant découler de l’administration de ces molécules à la jeune fille qui deviendra femme demain ».

Le Réseau des consommateurs invite par conséquent le Minsanté à davantage communiquer sur les molécules (noms des vaccins) qui seront inoculées à la population cible.

Didier Ndengue
Lire aussi : Santé publique : Manaouda Malachie face aux vieux démons du libertinage
PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Trois ans après la catastrophe ferroviaire d’Eseka, l’entreprise Camrail compte remettre le train sur les rails. Une nouvelle qui n’a pas laissée les passagers indifférents. Ils posent des conditions claires que l’entreprise devrait respecter pour éviter d’autres drames humains.
Retour d’Intercity sur les rails : les Camerounais posent leurs conditions à Bolloré
Le nouveau single « sans titre » d’Amel Bent sortira le 27 avril
Banque : la Bad choisit Yaoundé
1 Comment
  • JamesZindy
    13 septembre 2019 at 9 h 43 min

    Guys just made a website for me, look at the link:
    more info here
    Tell me your prescriptions. Thanks.

Laissez votre réponse

*